NOUVELLES
16/07/2012 06:48 EDT | Actualisé 15/09/2012 05:12 EDT

L'ambassadeur de Syrie au Maroc déclaré persona non grata (officiel)

L'ambassadeur de Syrie au Maroc Nabih Ismaïl a été déclaré "persona non grata" et a été prié de quitter le territoire, a annoncé le ministère marocain des Affaires étrangères dans un communiqué publié lundi.

"Le Maroc déclare l'ambassadeur de Syrie à Rabat persona non grata et lui demande de quitter le royaume", affirme le communiqué alors que la Syrie est en proie depuis 16 mois à une révolte populaire hostile au régime qui s'est militarisée face à la répression sanglante.

"Les autorités marocaines ont suivi avec beaucoup d'inquiétude la violence que subit le peuple syrien causant la mort de plus de 20.000 personnes", ajoute le communiqué.

Selon l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH), plus de 17.000 personnes, en majorité des civils, ont péri dans la répression et les combats depuis le début mi-mars 2011 d'un mouvement de contestation populaire lancé dans le sillage du Printemps arabe.

Le Maroc rejoint ainsi la position des monarchies arabes du Golfe qui ont expulsé les ambassadeurs syriens en poste sur leur territoire.

Le 6 juillet, les participants à la conférence des "Amis du peuple syrien" réunis à Paris ont décidé "d'accroître massivement l'aide à l'opposition", notamment par des moyens de communication, et convenu d'organiser leurs prochaines rencontres au Maroc puis en Italie.

Le Maroc "assure que la situation actuelle en Syrie ne peut continuer (...) et appelle la communauté internationale à assumer ses responsabilités pour l'arrêt immédiat de toute forme de violence contre la population civile", selon le communiqué.

Le royaume invite également la communauté internationale "à prendre des mesures effectives et fermes pour une transition politique vers une démocratie garantissant l'unité et la stabilité de la Syrie", poursuit encore le texte.

La violence en Syrie, qui a connu une "recrudescence" ces derniers jours, "a fait des centaines de victimes civiles désarmées, dont des dizaines d'enfants innocents", conclut le communiqué.

ob/sbh