NOUVELLES
16/07/2012 11:17 EDT | Actualisé 15/09/2012 05:12 EDT

La piraterie maritime en forte baisse dans le monde, selon le BMI

KUALA LUMPUR, Malaysia - KUALA LUMPUR (Sipa) — La piraterie maritime a chuté de 54% dans le monde au premier semestre 2012, a indiqué lundi le Bureau maritime international (BMI). Entre janvier et juin, 177 attaques ont ainsi été recensées dans le monde, contre 266 à la même période l'an dernier. Vingt navires ont été détournés et 334 membres d'équipage pris en otage. Au moins quatre marins ont été tués.

La chute de la piraterie est notamment due à la baisse d'activité des pirates somaliens. Au premier semestre, 69 attaques de navires ont été dénombrées au large des côtes somaliennes, contre 163 l'an dernier. Les pirates somaliens ont capturé 13 bateaux en janvier et juin 2012, contre 21 à la même période en 2011. Néanmoins fin juin, 11 navires et 218 membres d'équipage étaient toujours entre leurs mains.

Le Bureau maritime international attribue le mérite de cette baisse aux opérations militaires internationales au large de la Somalie, et à la vigilance accrue des navires, qui comptent parfois à bord des gardes armés. "Les missions navales jouent un rôle essentiel en empêchant les pirates d'agir. Il n'y a pas d'alternative à leur action continue", a déclaré Pottengal Mukundan, le directeur du BMI.

Selon un rapport du Groupe de contact de l'ONU sur la Somalie, les pirates s'adaptent en se tournant vers de nouvelles formes d'actions criminelles, comme les enlèvements à terre d'humanitaires, de journalistes et de touristes.

La baisse de la piraterie en Somalie est partiellement contrebalancée par la hausse des attaques dans le Golfe de Guinée, avec 32 attaques dont cinq prises d'otage cette année, contre 25 au premier semestre 2011.

Pour sa part, l'Union européenne a annoncé lundi la mise en place d'une mission de renforcement des capacités navales des pays riverains de l'océan Indien. Djibouti, le Kenya et les Seychelles sont les premiers concernés, puis la Tanzanie. Depuis 2008, avec l'Euromarfor, l'UE dispose de cinq à dix navires de guerre au large de la Corne de l'Afrique. L'OTAN, les Etats-Unis et la Russie, entre autres, mènent également des actions dans la zone.

cf/AP-v0351/mw