NOUVELLES
23/06/2012 04:50 EDT | Actualisé 22/08/2012 05:12 EDT

Nouvel attentat au Nigeria peu après le limogeage de responsables de la sécurité

Une bombe a explosé devant une boite de nuit de la capitale du Nigeria, Abuja, un attentat qui n'a pas fait de victimes mais qui est survenu quelques heures après le limogeage de deux hauts responsables accusés de ne pas avoir réussi à endiguer l'escalade des violences entre chrétiens et musulmans.

Le porte-parole de l'agence des situations d'urgence, Yushau Shuaib, a déclaré que l'explosion de vendredi soir n'avait fait ni mort ni blessé. "Les explosifs auraient été placés dans un arbre en face du Kryxtal Lounge", le night club, a-t-il ajouté.

Un journaliste de l'AFP a constaté qu'un arbre portait les traces de l'explosion et que des vitres de la boite de nuit et de commerces proches étaient brisées.

On ignorait qui avait placé la bombe et les motifs de l'attentat.

Mais le Nigeria est frappé depuis des mois par de nombreux attentats meurtriers revendiqués par le groupe islamiste Boko Haram, le plus souvent contre les représentants de l'Etat et la minorité chrétienne dans le Nord à majorité musulmane.

Abuja a aussi été touchée, notamment par un attentat contre le siège de l'ONU dans la capitale fédérale qui a fait 25 morts en août dernier.

L'escalade des violences dans le nord au cours de la semaine écoulée a intensifé les critiques contre le président Goodluck Jonathan qui s'était absenté du Nigeria pour assister au sommet de l'ONU de Rio sur l'environnement alors que de nouvelles émeutes étaient en cours.

Provoquées par des attentats contre trois églises du Nord dimanche dernier, les violences ont été alimentées par des représailles chrétiennes et plus de 100 personnes ont été tuées depuis le début de la semaine dans des villes du Nord.

A son retour de Rio, le président a réuni vendredi ses principaux responsables de la sécurité et limogé son ministre de la Défense Bello Mohammed et son conseiller pour la sécurité nationale Owoye Azazi.

"Nous avons besoin de nous assurer que ce que nous faisons est juste pour nous assurer que nous allons retrouver le calme et que les explosions à répétition cesseront", a commenté le ministre de la Police Caleb Olubolade.

Le porte-parole présidentiel Reuben Abati a annoncé que le poste de conseiller à la sécurité nationale serait occupé par Sambo Dasuki, un colonel à la retraite et homme influent, originaire du nord du Nigeria et cousin du Sultan de Sokoto, le plus haut dignitaire spirituel musulman du pays.

Aucune indication n'a été donnée sur le prochain ministre de la Défense du pays le plus peuplé d'Afrique avec plus de 160 millions d'habitants.

Les autorités ont également annoncé vendredi l'arrestation de quatre personnes suspectées d'avoir tenté de faire exploser une bombe dans la deuxième mosquée de Kano, la plus grande ville du Nord.

La bombe, selon la police, a été désamorcée sans faire de victimes.

Les attentats de dimanche contre des églises de Kaduna et Zaria, les deux principales villes de l'Etat de Kaduna (nord), ont fait 16 morts et ont été revendiqués par Boko Haram. Des représailles ont ensuite fait plusieurs dizaines de morts chez les musulmans et un couvre-feu avait été imposé à Kaduna, dans l'Etat du même nom, et Damaturu, capitale de l'Etat de Yobe, entre le 17 et le 19 juin.

Depuis 2009, Boko Haram multiplie essentiellement dans le nord attentats et attaques contre les forces de sécurité, les responsables gouvernementaux et les lieux de culte chrétiens.

Les Etats-Unis ont placé jeudi sur leur liste noire du terrorisme international trois membres du groupe dont son principal responsable, Abubakar Shekau, tous trois proches d'Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi).

ola-mjs/jlb/aub