NOUVELLES
22/06/2012 10:30 EDT | Actualisé 22/08/2012 05:12 EDT

Obama en Floride pour soigner sa popularité auprès de l'électorat hispanique

Barack Obama doit participer vendredi en Floride à un important rassemblement hispanique en vue du scrutin de novembre, 24 heures après son rival républicain Mitt Romney, nettement moins populaire auprès de cet électorat capital.

La dernière fois que M. Obama a pris part à la convention annuelle de l'Association nationale des élus et responsables hispaniques (Naleo) c'était il y a quatre ans, en tant que candidat pour la première fois à la Maison Blanche. Il avait ensuite été élu avec 67% du vote hispanique, la plus importante minorité du pays qui représente 7,4% de l'électorat.

Aujourd'hui candidat à sa réélection, M. Obama va s'exprimer de nouveau devant ce forum influent, au lendemain de l'intervention de son futur adversaire à la présidentielle du 6 novembre, Mitt Romney.

Ce dernier a lancé jeudi que le chef de l'Etat n'avait "pas rempli toutes ses promesses" en quatre ans. "Le président va certainement vous dire que (...) les choses pourraient être pires", a martelé M. Romney, rappelant que le chômage chez les hispaniques était de 11%, soit bien au-dessus de la moyenne nationale de 8%.

Il a également promis que s'il était élu il lancerait une vaste réforme de l'immigration, ce que, à ses yeux, M. Obama n'a pas été capable d'accomplir.

Malgré tout, M. Obama semble arriver ce vendredi davantage en terre conquise que son adversaire. Le président a promis une solution au problème des 11,5 millions de sans papiers aux Etats-Unis, mais surtout annoncé par décret la semaine dernière la fin des expulsions pour les étudiants immigrés sans papiers sous certaines conditions.

S'il était venu aux conférences de Naleo les années précédentes, M. Obama se serait fait quelque peu huer pour "l'intensité et la sévérité des expulsions", a indiqué à l'AFP Pilar Marrero, experte des questions d'immigration. Près d'un million d'expulsions ont eu lieu sous son mandat, en majorité des latino-américains.

Mais pour Matt Barreto, professeur de sciences politiques à l'université de Washington, la mesure sur les jeunes immigrés sans papiers "semble avoir mis un terme au manque d'enthousiasme des hispaniques" à son égard.

Selon un sondage paru vendredi, M. Obama recueillerait 63% du vote hispanique dans cinq Etats clés contre 37% pour M. Romney.

pb/sam/gde