NOUVELLES
22/06/2012 11:10 EDT | Actualisé 22/08/2012 05:12 EDT

Hydro-Québec: le lock-out chez Rio Tinto Alcan gruge les profits nets

MONTRÉAL - Les profits nets d'Hydro-Québec ont reculé de 4,7 pour cent au premier trimestre en raison de la baisse des revenus d'exportation et des achats d'électricité effectués auprès de Rio Tinto Alcan dans la foulée du conflit de travail à l'usine d'Alma.

Le bénéfice net de la période qui a pris fin le 31 mars s'est établi à 1,34 milliard $, contre 1,4 milliard $ pendant le trimestre correspondant de 2011.

Les revenus ont totalisé 3,79 milliards $, en baisse de 30 millions $ par rapport à l'an dernier.

Les employés de l'usine d'Alma ont été mis en lock-out le 1er janvier. Or, en vertu d'un contrat conclu avec Rio Tinto Alcan, Hydro est obligé d'acheter l'électricité excédentaire produite par les centrales de l'entreprise.

Ces achats ont coûté pas moins de 33 millions $ à la société d'État au premier trimestre. Comme l'électricité n'a pas encore été revendue, les 33 millions $ ont grevé directement les profits d'Hydro-Québec.

«C'est de l'énergie qu'on n'avait pas prévu acheter, a reconnu vendredi Lise Croteau, vice-présidente à la comptabilité et au contrôle. Mais ça demeure quand même un actif pour Hydro-Québec.»

Hydro a versé environ 4,2 cents du kilowattheure à Rio Tinto Alcan alors qu'elle revend une partie de sa production au prix de 2,79 cents le kilowattheure à sa clientèle québécoise. Mme Croteau n'a pas voulu s'avancer sur les profits (ou les pertes) que la société pourrait tirer des achats effectués auprès du géant de l'aluminium.

La baisse des revenus d'exportation a quant à elle retranché 30 millions $ au bénéfice d'Hydro. Les volumes ont légèrement reculé et les prix de vente ont plongé par rapport à l'an dernier.

Grâce à ses contrats de couverture, Hydro-Québec a réussi à obtenir 4,7 cents du kilowattheure alors que le prix moyen sur le marché était d'à peine 3,8 cents. Au premier trimestre de 2011, Hydro avait exporté à 5,3 cents alors que le marché était à 5,2 cents.

«C'est une grosse baisse (par rapport à 2011), mais nos instruments de couverture nous ont permis d'atténuer (la situation)», a souligné Lise Croteau.

Au premier trimestre de 2012, il en a coûté environ 3,4 cents à Hydro pour produire l'électricité destinée à l'exportation, de sorte que cette activité demeure rentable, quoique beaucoup moins qu'il y a quelques années à peine.

Enfin, la baisse de la demande en raison de la météo a eu un impact défavorable de 68 millions $ sur les profits d'Hydro-Québec Production, mais celui-ci a été pleinement compensé par un gain équivalent enregistré par la division Distribution.

Au premier trimestre, les températures ont été de trois degrés supérieures aux moyennes annuelles, de sorte que la consommation a reculé de 2 térawattheures au Québec par rapport à la même période de 2011.

Signe des temps, deux des trois derniers hivers ont été plus cléments que la normale.