NOUVELLES
22/06/2012 06:13 EDT | Actualisé 22/08/2012 05:12 EDT

Girouard dans la course au Championnat de Mtl; Tremblay fait un trou d'un coup

SAINTE-JULIE, Qc - Marc Girouard avait déclaré avant la première ronde qu'il abordait le Championnat de Montréal sans se fixer d'objectifs, et son approche détendue l'a servi à merveille vendredi alors qu'il a remis une carte de 71 (moins-1), lui permettant de se retrouver à seulement cinq coups de la tête.

Sa performance a toutefois été éclipsée par le trou d'un coup de Claude Tremblay au 13e trou, une normale-3 de 227 verges. Il s'agissait également du premier trou d'un coup de l'histoire de la compétition.

Girouard fut néanmoins de loin le meilleur golfeur québécois durant la première ronde, bien qu'il ait enchaîné ses oiselets aux septième et 14e verts en commettant des bogueys. C'est son oiselet au 12e, une normale-4 de 372 verges, qui aura finalement fait la différence.

«C'était loin du record de parcours, par contre je ne suis pas déçu, a-t-il dit. Lorsqu'on arrive avec des journées comme ça, on a l'égo et on pense qu'on peut faire mieux que moins-1 — aujourd'hui je me sentais assez bien pour penser faire mieux — mais je suis quand même assez satisfait dans l'ensemble.»

Comme ce fut le cas depuis le début de la semaine en raison de la température, Girouard a souligné que les verts étaient très rapides et très durs vendredi. Il estime cependant s'en être très bien sorti dans les circonstances.

«Aujourd'hui, j'ai manqué quelques coups, mais ils l'ont été du bon côté (des verts). Ça n'a pas été une partie flamboyante, mais c'est bien parce que je préfère jouer une partie constante et régulière comme celle d'aujourd'hui, a dit celui qui croyait à un certain moment pouvoir remettre une carte dans les 60. On va essayer de faire plus d'oiselets demain, ce serait très le 'fun'.»

La performance du golfeur du club Le Diamant tranchait cependant avec celles de ses trois collègues du circuit de l'AGP — Yvan Beauchemin, Tremblay et Jean Laforce, qui ont respectivement joué 77, 77 et 80.

Tremblay s'en souviendra

En dépit du fait qu'il soit à 11 coups du meneur après la première ronde, Tremblay se souviendra longtemps de son trou d'un coup au Championnat de Montréal.

«J'ai frappé un hybride de 19 degrés à environ 205 verges et j'ai vu la balle tomber en ligne droite avec le drapeau, puis elle a monté la petite côte devant le drapeau et c'est là que j'ai entendu le monde crier, a relaté Tremblay, qui venait de réussir son septième trou d'un coup en carrière. Tant que je n'avais pas entendu le monde crier, je ne savais pas si elle était dedans, tellement on était loin.»

Le professionnel du club Le Boisé, qui a éprouvé passablement de difficulté sur les verts vendredi, se retrouve néanmoins à égalité avec Beauchemin en 75e position. Une position peu enviable en prévision des rondes du week-end, mais qui n'est pas définitive.

«J'ai très mal joué, j'ai vraiment mal frappé la balle, a-t-il reconnu. Je n'ai jamais vraiment été en mesure de trouver le rythme, et je n'ai commencé à me sentir à l'aise qu'au neuvième trou. C'est normal, parce que je n'ai jamais joué un tournoi de cette envergure-là, mais je suis certain que demain ça va mieux aller.»

Tremblay est également préoccupé par l'état de son dos, et il avait même déclaré en début de semaine qu'il estimait à environ 75 pour cent ses chances de compléter le tournoi. Il a cependant assuré à l'issue des 18 premiers trous qu'en dépit de la douleur, il avait adoré l'expérience — au point d'être prêt à «jouer en chaise roulante» s'il le fallait.

De son côté, Laforce a adopté une philosophie similaire à celle de Tremblay, précisant qu'il souhaitait oublier sa première ronde et se concentrer sur les 36 derniers trous de la compétition.

«Mes coups de départ sont mon arme favorite, et ç'a mal été aujourd'hui, a admis Laforce. J'ai même expédié trois fois ma balle à l'eau. Ç'a été une journée misérable, mais on va se reprendre demain.»

Pour la première fois de l'histoire du Championnat de Montréal, quatre golfeurs québécois se sont frayés un chemin jusqu'au tableau principal. Au cours des deux premières années d'existence du tournoi, seuls Daniel Talbot et Beauchemin avaient obtenu leur laissez-passer.

Beauchemin a réussi le meilleur score québécois de l'histoire du Championnat de Montréal en affichant un cumulatif de moins-3 en 2011, une performance suffisante pour lui permettre de terminer à égalité en 52e place.