NOUVELLES
21/06/2012 03:27 EDT | Actualisé 21/08/2012 05:12 EDT

Une soeur de l'ex-otage sud-africain dément le paiement d'une rançon

Un membre de la famille du couple de Sud-Africains, enlevé fin 2010 par des pirates somaliens dans l'océan indien et libéré jeudi, a démenti qu'une rançon ait été versée pour leur libération, contredisant une déclaration précédente d'un autre membre de la famille.

Nora Wright, une soeur de l'un des otages, Bruno Pelizzari, a affirmé qu'un montant avait été fixé il y a deux semaines, mais qu'elle ne savait si l'échange d'argent avait eu réellement lieu.

"Une somme a été fixée et tout s'est passé très vite. Je ne peux pas confirmer que la rançon ait été versée", a déclaré Mme Wright, qui a ajouté qu'elle avait signé un billet établi par la famille pour fixer le montant de la rançon demandée, mais non "pour payer ce montant", a-t-elle indiqué à l'AFP.

Dora Hunt, la plus jeune soeur de Bruno Pelizzari, avait de son côté affirmé dans une interview à la chaîne eNews TV qu'une rançon avait été payée.

En octobre 2010, Bruno Pelizzari et son amie Deborah Calitz, étaient en route pour l'Afrique du Sud après une croisière à Madagascar et en Tanzanie, quand ils ont été enlevés par des pirates.

Leur skipper avait refusé de quitter le bateau pris par les pirates quand il a accosté en Somalie et il avait pu être sauvé par la mission navale européenne dans la région.

Les forces de sécurité somaliennes ont lancé un assaut dans la nuit de mercredi à jeudi et les ont libérés des mains des insurgés islamistes shebab, récemment intégrés à Al-Qaïda.

L'Afrique du Sud a précisé que l'Italie avait participé à l'opération et a nié le paiement d'une rançon.

Mme Wright a indiqué que le couple devait quitter Durban, sur la côte est de l'Afrique du Sud, et était attendu ce week-end .

"Je suis si contente que tout se soit bien terminé, ils seront de retour chez eux à la fin du week-end", a-t-elle affirmé.

sn/sk/aub