NOUVELLES
21/06/2012 08:58 EDT | Actualisé 21/08/2012 05:12 EDT

Somalie: le président sortant candidat à sa succession

Le président sortant de Somalie, Sharif Cheikh Ahmed, a confirmé jeudi être candidat à sa succession, lors du renouvellement de son poste en août prochain, mettant en avant les gains militaires récents contre les islamistes shebab.

"Mes services sont à la disposition de la Somalie, si la confiance m'est renouvelée pour un mandat supplémentaire", a déclaré le chef d'Etat à l'AFP, en marge de réunions avec des représentants de la communauté internationale dans la capitale kényane Nairobi.

Les fragiles institutions somaliennes de transition doivent être renouvelées au cours des deux prochains mois, avec un nouveau Parlement chargé d'élire un nouveau président au plus tard le 20 août prochain, selon un calendrier appuyé par la communauté internationale.

Le renouvellement des institutions doit permettre d'avancer vers une stabilisation politique en Somalie, privée de gouvernement central et livrée à la guerre civile depuis la chute de l'ancien dictateur Siad Barre en 1991.

Elu par l'actuel Parlement le 31 janvier 2009, Sharif Cheikh Ahmed, 47 ans, est critiqué, tant à l'intérieur de son pays que, en privé, par des représentants de la communauté internationale, pour avoir insuffisamment restauré l'état de droit et les services de base pour le peuple somalien, et pour avoir peu fait dans la lutte contre la corruption.

"Pendant ma présidence, j'ai consacré mes efforts essentiellement à combattre le terrorisme qui s'était installé de façon dangereuse dans la région", a fait valoir pour sa part le président somalien.

"Le moment arrive de construire la nation (...). L'absence d'Etat de droit n'aura plus cours à l'avenir", a-t-il assuré.

Parmi les autres candidats attendus au poste de président figurent l'actuel Premier ministre Abdiweli Mohamed Ali et le président du Parlement Sharif Hassan Cheikh Adan, même si ce dernier est contesté par une partie des parlementaires somaliens.

Une force de l'Union africaine en Somalie (Amisom), des contingents envoyés par le Kenya et l'Ethiopie, ainsi que l'embryonnaire armée somalienne, ont réussi à chasser les shebab de la capitale Mogadiscio et à conquérir plusieurs de leurs bastions du sud et du centre du pays ces derniers mois.

"La force (des islamistes) a été fortement réduite. Ils sont en fuite et cherchent des refuges", a commenté le président somalien à ce propos.

amu-bb/aud/hba