NOUVELLES
21/06/2012 12:14 EDT | Actualisé 21/08/2012 05:12 EDT

Les Etats-Unis saluent la désertion d'un pilote syrien en Jordanie

Les Etats-Unis ont salué jeudi la désertion d'un pilote syrien passé en Jordanie aux commandes de son appareil, estimant qu'il ne serait pas le dernier à abandonner le régime de Bachar al-Assad.

"C'est comme ça que ça commence", a réagi la porte-parole du département d'Etat Victoria Nuland devant des journalistes, lançant: "c'est certainement un moment très important, lorsqu'un homme décide de prendre un avion à 25 millions de dollars et de s'envoler vers un autre pays".

Le colonel Hassan Merhi al-Hamadé est le premier militaire à faire défection à bord de son avion depuis le début de la révolte contre le régime du président Bachar al-Assad en mars 2011. Aussitôt atterri en Jordanie jeudi aux commandes d'un MiG, le pilote déserteur a demandé l'asile politique aux autorités qui le lui ont accordé en vertu d'une décision du Conseil des ministres.

Les Etats-Unis, a dit Mme Nuland, estiment à plusieurs centaines le nombre de soldats qui ont déjà déserté les rangs du régime syrien, soulignant que l'acte de ce pilote avait été "extrêmement courageux".

"D'innombrables Syriens, dont des membres des forces armées, rejettent les actes horribles commis par le régime Assad et celui-ci ne sera certainement pas le dernier", a déclaré un peu plus tôt dans la journée le porte-parole du Conseil national de sécurité, Tommy Vietor.

"Nous saluons la décision du pilote de faire ce qui est juste", a indiqué M. Vietor à l'AFP, alors que Damas a qualifié le transfuge de "traître" et exigé le rapatriement de l'avion.

"Cela fait longtemps que nous appelons les militaires et les membres du régime syrien à abandonner leur poste et à ne pas se rendre complices des exactions" commises par le régime, a ajouté le haut responsable américain.

Depuis le début de la révolte contre le régime Assad, des dizaines de milliers de soldats ont déserté, dont beaucoup ont rejoint les rangs de l'Armée syrienne libre (ASL) qui combat les troupes régulières, selon l'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH).

col-jkb/bar-sam/gde