NOUVELLES
21/06/2012 11:53 EDT | Actualisé 21/08/2012 05:12 EDT

Le pilote déserteur est un "traître" selon Damas

Le pilote syrien qui a fait défection jeudi à bord d'un avion de chasse MiG est un "traître", a affirmé le ministère syrien de la Défense, qui a réclamé la restitution de l'appareil militaire avec lequel le déserteur a fui en Jordanie.

"Le pilote est considéré comme un déserteur et un traître à la nation et à son honneur militaire. Il sera sanctionné en vertu des règles militaires en vigueur", a indiqué le ministère cité par la télévision officielle.

"Des contacts sont en cours avec les autorités compétentes en Jordanie en vue de restituer l'avion à bord duquel le pilote traître a pris la fuite", a poursuivi le ministère.

Le colonel Hassan Merhi al-Hamadé est le premier militaire à faire défection à bord de son avion depuis le début de la révolte contre le régime du président Bachar al-Assad en mars 2011.

Aussitôt atterri en Jordanie, le pilote a demandé l'asile politique aux autorités qui le lui ont accordé en vertu d'une décision du Conseil des ministres.

Le Conseil national syrien (CNS), principal rassemblement de l'opposition, a salué la décision du royaume jordanien et loué le pilote pour avoir "choisi de se ranger du côté de son peuple et de sa révolution (...) en refusant d'être un instrument de meurtres et de destruction".

Le CNS a appelé les "militaires, et notamment les pilotes que le régime pousse à bombarder les zones civiles, à refuser les ordres et à (faire défection) à bord de leurs avions en direction des pays frères qui soutiennent notre peuple et sa révolution", estimant que cela sera "un acte honorable pour eux et leurs familles".

"Le régime syrien, qui est en passe de rendre son dernier soupir en raison de l'ampleur de la révolte populaire et de l'isolement dans lequel il se trouve au niveau arabe et international, n'est capable que de commettre des meurtres sans discernement (...) pour se venger du plus grand nombre de civils possible", poursuit le CNS.

Depuis le début de la révolte contre le régime Assad en mars 2011, des dizaines de milliers de soldats syriens ont déserté, parmi lesquels des milliers ont rejoint les rangs de l'Armée syrienne libre (ASL) qui combat les troupes gouvernementales, selon l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH).

En plus de quinze mois, la répression et les combats entre armée et rebelles ont fait plus de 15.000 morts en Syrie, en majorité des civils, selon un dernier bilan de l'OSDH.

rim-ram/cnp