NOUVELLES
20/06/2012 04:12 EDT | Actualisé 20/08/2012 05:12 EDT

Washington dit ne pas être impliqué dans les tractations sur Julian Assange

Les Etats-Unis ont dit mercredi ne pas être impliqués dans les tractations au sujet du fondateur de WikiLeaks, Julian Assange, réfugié depuis mardi soir à l'ambassade de l'Equateur à Londres pour échapper à son extradition vers la Suède.

"A ma connaissance, nous ne sommes pas impliqués dans les discussions", a déclaré Victoria Nuland, la porte-parole du département d'Etat.

Julian Assange, un Australien de 40 ans, s'est réfugié mardi soir à l'ambassade d'Equateur à Londres. Un rebondissement qui intervient alors qu'il a épuisé tous les recours juridiques au Royaume-Uni pour éviter son extradition vers la Suède, qui le réclame dans une affaire de viol et d'agressions sexuelles. M. Assange nie fermement, parlant de relations consenties et d'un complot.

Des négociations pourraient aussi impliquer la Suède pour que ce pays s'engage à ne pas remettre Julian Assange aux Etats-Unis, comme le craignent ses partisans.

"Ce sujet concerne le Royaume-Uni, l'Equateur et la Suède", a souligné Mme Nuland à Washington. Lorsque des journalistes lui ont demandé l'opinion du gouvernement américain sur le sujet, la porte-parole de la diplomatie américaine a répondu: "Nous voulons que justice soit rendue".

Julian Assange s'est régulièrement plaint d'avoir été délaissé par son propre pays, prévenant que s'il finissait par être extradé aux Etats-Unis, il pourrait y encourir la peine de mort pour espionnage après la publication de documents diplomatiques confidentiels américains sur WikiLeaks.

La publication en 2010 de milliers de documents confidentiels par le site internet avait fait trembler Washington.

ddl/gde/lor