NOUVELLES
20/06/2012 03:20 EDT | Actualisé 20/08/2012 05:12 EDT

Québec solidaire ouvert à l'alliance souverainiste, mais à certaines conditions

MONTRÉAL - Québec solidaire est bien prêt à discuter d'une alliance des partis souverainistes dans le but de déloger les libéraux de Jean Charest aux prochaines élections, mais à certaines conditions.

La première de ces conditions risque toutefois de rebiffer le Parti québécois (PQ), l'acteur le plus important d'une éventuelle alliance de ce genre. La formation de Pauline Marois pourrait également avoir du mal à digérer certains propos de la coporte-parole de la formation politique Françoise David.

Québec solidaire demande en effet que chacun des partis signataires s'engage à réaliser une réforme du mode de scrutin laissant une place importante à une représentation proportionnelle, et applicable dès les élections générales suivantes. La réforme du mode de scrutin, promise par plusieurs formations politiques et discutée depuis de nombreuses années au Québec, ne figure pas au programme actuel du PQ.

«Ça, pour Québec solidaire, c'est une condition sine qua non, parce que la démocratie québécoise le réclame, a indiqué Mme David. Il faut qu'on puisse entendre toutes les voix, y compris celles des partis émergents.»

Par ailleurs, Québec solidaire demande un engagement de tout parti éventuellement élu d'abroger la loi 12 (l'ancien projet de loi 78) et d'amnistier tous ceux qui auraient pu être sanctionnés en vertu de cette loi, en plus d'abolir la hausse des droits de scolarité et la contribution santé.

La formation de Françoise David et Amir Khadir réclame de plus d'ajouter un ou des seuils d'imposition sur les revenus des contribuables riches, et de procéder à une refonte en profondeur de la loi sur les mines, pour que le peuple québécois soit le principal bénéficiaire de l'exploitation de ses ressources minières.

Les partis visés par l'appel, notamment le PQ et l'Option nationale de Jean-Martin Aussant, ont déjà pris ces engagements.

Québec solidaire répond ainsi à l'appel lancé par près de 10 000 signataires d'une pétition qui demande aux forces souverainistes de s'entendre afin de déloger le Parti libéral aux prochaines élections.

Mme David a toutefois précisé qu'il n'est pas question pour son parti d'envisager de gouverner avec le Parti québécois. Elle a indiqué que les gouvernements péquistes antérieurs l'ont déçue à bien des égards, et elle déplore aussi les tergiversations récentes du PQ face aux revendications étudiantes.

Elle a également eu un commentaire qui ne passera probablement pas inaperçu dans les officines péquistes: «Ce parti (le PQ) pourrait avoir trempé dans des manœuvres illégales visant à remplir sa caisse électorale. De quoi inquiéter celles et ceux qui, comme nous, exigent une intégrité sans faille».

Françoise David ne se fait d'ailleurs guère d'illusions quant à l'ouverture du Parti québécois à former une telle alliance stratégique. Elle a indiqué que le conseiller politique Jean-François Lisée avait amorcé des démarches de rapprochement auprès de sa formation pour le PQ en janvier dernier, mais qu'il n'y avait donné aucune suite lorsque Québec solidaire lui avait demandé une proposition concrète afin de la soumettre à ses membres.

Elle a aussi rappelé que Pauline Marois a récemment offert une fin de non-recevoir à son député démissionnaire Pierre Curzi lorsqu'il a lancé un appel similaire, affirmant que le front uni pour la souveraineté se trouvait déjà au PQ.

«On ne peut pas dire qu'on sent beaucoup d'ouverture de la part du PQ», a conclu Mme David, mercredi. Elle a cependant indiqué que dans le contexte actuel, la balle se trouve à nouveau dans le camp péquiste.

«Devant cet appel signé par plus de 10 000 personnes, devant l'ouverture manifestée par Québec solidaire (...), est-ce que le Parti québécois sera ouvert à la moindre discussion que l'on puisse imaginer? C'est à eux de répondre, en fait.»

Par ailleurs, Québec solidaire dit avoir appris que le parti Option nationale songe à ne pas opposer de candidat à Françoise David dans la circonscription montréalaise de Gouin. Si cette décision devait être confirmée, Québec solidaire ne présentera pas de candidat non plus dans Nicolet-Bécancour pour affronter Jean-Martin Aussant.