NOUVELLES
20/06/2012 05:30 EDT | Actualisé 20/08/2012 05:12 EDT

Le CIO retarde le début de la mise en vente des billets pour les JO de Sotchi

LONDRES - Le CIO a retardé le début de la mise en vente des billets pour les Jeux olympiques de Sotchi en 2014, mercredi, en raison des soupçons de corruption qui planent au sujet de l'attribution des billets pour les Jeux de Londres, cet été.

Le CIO a amorcé une enquête sur l'éthique la semaine dernière, après que le Sunday Times ait rapporté que des comités olympiques nationaux et des agents de nombreux pays voulaient offrir des billets pour Londres sur le marché noir, à des prix gonflés.

Se faisant passer pour des représentants qui vendraient illégalement des billets pour des clients du Moyen-Orient, des journalistes du Times ont prétendu avoir observé plusieurs violations des règlements par les comités olympiques nationaux.

Le journal a dit avoir présenté au CIO un dossier avec preuves sur 27 officiels qui contrôlent la vente de billets pour 54 pays. Dans certains cas, on aurait voulu vendre des billets 10 fois plus chers que leur valeur réelle.

La commission d'éthique du CIO a demandé au Sunday Times de lui envoyer tous les documents. L'enquête devrait s'étaler jusqu'au-delà des Jeux de Londres, mais le CIO peut suspendre des officiels en particulier et leur interdire d'assister à l'Olympiade britannique.

Parmi ceux impliqués se trouverait le président du comité olympique grec, Spyros Kapralos. Selon ce qu'a rapporté le Times, il a dit avoir fignolé un arrangement avec le chef du comité organisateur londonien, Sebastian Coe, pour obtenir des billets de plus pour des agents officiels en Grèce.

Le journal dit que Kapralos a reconnu que la demande était en fait très basse, et que plusieurs des billets ont finalement été vendus à l'extérieur de la Grèce pour faire des profits.

Lundi, le comité grec a publié un communiqué niant toute faute de Kapralos, faisant valoir que ses commentaires, recueillis par caméra cachée, ont été présentés d'une façon trompeuse et partielle.

Le comité olympique serbe s'est aussi distancé de tout manquement à l'éthique après que son secrétaire général, Djordje Visacki, ait été accusé par le Times d'avoir voulu faciliter la vente de billets sur le marché noir.

Le mois dernier Volodymyr Gerashchenko, secrétaire général du comité olympique ukrainien, a démissionné à la suite d'allégations de la BBC, qui a avancé qu'il était disposé à vendre comptant des milliers de dollars de billets sur le marché noir.