NOUVELLES
20/06/2012 12:29 EDT | Actualisé 20/08/2012 05:12 EDT

Euro 2012: la République tchèque et le Portugal ouvrent le bal des quarts

VARSOVIE, Pologne - La République tchèque et le Portugal ouvrent le bal des quarts de finale de l'Euro 2012, jeudi soir à Varsovie. Un choc indécis entre deux négligés qui pourraient bien jouer les trouble-fête.

Promis à une élimination prématurée, ces deux équipes se sont en effet sorties d'une poule compliquée. Et ni les Portugais, ni les Tchèques n'entendent s'arrêter là.

«Qui est favori? C'est évident. Mais nous allons démontrer que les favoris ne méritent pas toujours de l'emporter. Bien sûr, nous ne sommes pas battus d'avance, nous allons faire tout pour nous qualifier pour le carré d'as, a ainsi assuré Petr Cech, le gardien tchèque, en conférence de presse. Le Portugal a une équipe pleine de vedettes expérimentées, très efficaces offensivement, comme ils l'ont démontré face aux Pays-Bas.»

Et l'arme offensive numéro un de la Seleção a un nom: Cristiano Ronaldo. Mais le portier de Chelsea ne semble pas tracassé à l'idée d'affronter le joueur du Real Madrid, auteur de 46 buts en Liga cette saison.

«C'est un joueur qui travaille dur pour s'améliorer et il a une frappe puissante. Il est dangereux parce qu'il peut utiliser ses deux pieds pour tirer de n'importe quelle position. Avec Chelsea, nous avons toujours fait attention à lui quand il jouait à Manchester United. Il sera crucial de ne pas lui laisser d'espace parce qu'il a une vitesse exceptionnelle, a-t-il expliqué. "J'ai déjà joué contre lui plusieurs fois: je peux donc utiliser cette expérience. Mais nous devrons jouer en équipe pour gagner.»

La cohésion reste d'ailleurs l'atout majeur d'une équipe sans grande vedette, mais qui a su relever la tête après sa déroule initiale face à la Russie (1-4). Mais le Portugal, également battu d'entrée par l'Allemagne (1-0), a également de la ressource.

«J'ai été champion d'Europe avec Chelsea alors que personne ne donnait Chelsea favori, a assuré le milieu de terrain Raul Meireles. Quand nous avons débuté, personne ne donnait le Portugal favori. Le meilleur exemple pour moi, c'est ce que j'ai vécu à Chelsea cette année en Ligue des champions. Si on arrive à faire pareil, ce serait l'accomplissement d'un rêve.»

L'histoire penche pourtant plutôt du côté de la Reprezentace: il y a 16 ans, lors de l'Euro 96, les Tchèques avaient battu le Portugal (1-0) au même stade de la compétition avant de se qualifier pour la finale face à l'Allemagne.

Mais Michal Bilek, le sélectionneur tchèque, devra peut-être se passer de son capitaine et meneur de jeu, Tomas Rosicky, touché au tendon d'Achille. Déjà absent face à la Pologne, le milieu d'Arsenal était parti se faire soigner à Prague. S'il est de retour à l'entraînement, sa participation au quart de finale reste incertaine.