NOUVELLES
18/06/2012 09:29 EDT | Actualisé 18/08/2012 05:12 EDT

Deux navires de guerre russes se dirigent vers la Syrie

BEYROUTH - Deux navires de guerre russes se préparent à partir pour la Syrie avec une unité de marins afin de protéger les citoyens russes et une base navale russe établie sur le territoire syrien, a annoncé l'agence de presse Interfax lundi.

«Nous devons protéger nos citoyens», a déclaré la major-général Vladimir Gradusov, cité par Interfax. «Nous n'abandonnerons pas les Russes et nous les évacuerons de la zone de conflit si nécessaire.»

Chaque navire peut transporter jusqu'à 300 marins et une dizaine de chars, selon les informations des médias russes. Il s'agirait du plus important déploiement militaire russe en Syrie, ce qui laisse penser que Moscou s'inquiète de voir le pays basculer dans la guerre civile.

La Russie a été le plus important soutien du régime syrien depuis le début du soulèvement, en mars 2011, tandis que la Syrie est le dernier allié de la Russie au Moyen-Orient. La Syrie est un important client de l'armement russe depuis au moins 40 ans et a acheté pour plusieurs milliards de dollars d'avions de chasse, d'hélicoptères, de missiles, de véhicules blindés et d'autres équipements militaires.

La base navale de Tartous est la seule base russe située à l'extérieur du territoire de l'ancienne Union soviétique. La base est utilisée par les navires russes en mission en Méditerranée et loge un nombre non précisé de militaires russes.

Cette annonce est survenue alors que le président américain Barack Obama rencontrait son homologue russe Vladimir Poutine à Los Cabos, au Mexique, dans le cadre du sommet du G20. Il s'agissait de la première rencontre entre les deux dirigeants depuis le retour de M. Poutine à la présidence.

MM. Obama et Poutine se sont entendus sur la nécessité de trouver une solution politique à la crise en Syrie afin d'éviter une guerre civile. Selon Barack Obama, ils se sont mis d'accord pour travailler avec les acteurs de la scène internationale, notamment les Nations unies et l'émissaire Kofi Annan, afin de trouver une solution en Syrie.

«De mon point de vue, nous avons été capables de trouver plusieurs points communs», a déclaré Vladimir Poutine.

Sur le terrain, les forces gouvernementales syriennes ont bombardé lundi la ville de Homs dans le cadre d'une opération contre les rebelles, a affirmé l'Observatoire syrien des droits de l'homme. Des tirs et des explosions ont aussi été entendus dans la ville, selon l'organisation, qui ne dispose pas de bilan des victimes.

Le secrétaire général de la Ligue arabe, Nabil el-Araby, a appelé lundi au déploiement d'une force de maintien de la paix en Syrie pour «imposer un cessez-le-feu».

Nabil el-Araby a déclaré que le mandat des observateurs de l'ONU en Syrie devait changer parce que l'équipe n'est pas en mesure de faire cesser les combats qui ont fait au moins 14 000 morts depuis le début du soulèvement, selon un bilan établi par l'opposition.

M. El-Araby a estimé qu'une force devrait être chargée de maintenir la paix en Syrie, mais sans s'engager dans les combats.

«Je parle d'une force de maintien de la paix et pas d'une force militaire», a-t-il précisé. «Quand il y a deux parties qui s'affrontent, on ne peut pas avoir quelqu'un qui ne fait qu'observer, sauf si elles acceptent toutes les deux un accord. Ce dont on a besoin, c'est de quelqu'un qui peut imposer un cessez-le-feu, et pas combattre», a-t-il affirmé.

Le secrétaire général de la Ligue arabe a affirmé que dans le passé, les forces déployées dans des zones de guerre dans le cadre d'un mandat de maintien de la paix avaient montré leur efficacité pour faire diminuer les violences. Il a ajouté avoir demandé la modification du mandat de la mission de l'ONU en Syrie.

Le chef de la mission d'observation en Syrie, le général norvégien Robert Mood, doit faire un rapport sur la situation mardi devant le Conseil de sécurité de l'ONU.