NOUVELLES
16/06/2012 05:35 EDT | Actualisé 16/08/2012 05:12 EDT

La chef du NPD ontarien propose des discussions pour sauver l'entente budgétaire

TORONTO - L'une des chefs de l'opposition de l'Ontario affirme qu'il y a encore du temps pour atteindre un compromis sur le budget provincial et éviter des élections, mais sa déclaration semble avoir eu peu d'effet sur les libéraux au pouvoir.

La chef du Nouveau Parti démocratique (NPD) provincial Andrea Horwath a évoqué, samedi, la tenue de discussions en urgence cette fin de semaine pour éviter une deuxième élection provinciale en un an. Si les libéraux et les progressistes-conservateurs sont sérieux à propos de la possibilité d'éviter une campagne électorale estivale, ils en discuteront avec elle, a déclaré samedi Mme Horwath lors d'une conférence de presse.

Les libéraux, de leur côté, ont indiqué que le moment des négociations était passé, arguant qu'ils avaient déjà fait suffisamment de concessions pour conclure une entente avec les néo-démocrates pour faire adopter le budget.

Au dire du ministre du Développement économique Brad Duguid, la chef du NPD a cependant fait fi de cette possibilité et a mis en danger la survie du gouvernement. M. Duguid dit seulement espérer que Mme Horwath reconnaîtra qu'elle a mal agi.

Des responsables du bureau du premier ministre indiquent que les libéraux croient que des discussions supplémentaires ne serviraient à rien, en fonction des résultats de la dernière ronde. La législature a été ajournée jeudi et le gouvernement semblait déterminé à survivre au vote sur le budget qui ramènera les députés à Queen's Park, mercredi.

Jeudi, toujours, des problèmes sont survenus au sein d'un comité, lorsque les conservateurs ont voté avec les néo-démocrates pour se débarrasser de certaines portions du budget du gouvernement libéral minoritaire, incluant des dispositions pour privatiser des services gouvernementaux.

Le premier ministre Dalton McGuinty a accusé Mme Horwath d'avoir renié une entente pour un vote sur le budget, lorsque les libéraux ont accédé à sa demande d'augmenter les impôts pour les revenus dépassant 500 000 $.

Les néo-démocrates maintenaient toutefois samedi n'avoir jamais donné leur aval à l'adoption automatique du budget, et ont noté que les libéraux avaient déposé eux-mêmes plusieurs amendements.

«J'ai fait exactement ce que j'avais dit au premier ministre et aux Ontariens que je ferais, c'est à dire étudier le projet de loi de 330 pages pour l'améliorer», a dit Mme Horwath, se défendant contre ce qu'elle qualifie de barrage d'«insultes» et de «désinformation».

Les conservateurs, de leur côté, promettent depuis le début de s'opposer au budget, et il n'est pas clair s'ils participeraient à d'éventuelles discussions de dernière minute.

Le ministre Duguid a accusé le chef conservateur Tim Hudak de négliger ses responsabilités en «quittant la table» du débat budgétaire avant même que celui-ci ait débuté.