Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Québec, qui a fermé ses portes en 2021.

Colonies juives: les non-alignés pour une visite du Conseil de sécurité

Les pays non-alignés membres du Conseil de sécurité de l'ONU souhaitent que le Conseil se rende dans les territoires palestiniens afin de constater les effets de la colonisation israélienne, a indiqué mercredi l'ambassadeur pakistanais Abdullah Haroon.

Le groupe, qui compte huit membres dont le Pakistan, va "inviter le Conseil de sécurité à répondre favorablement" à cette demande, présentée pour la première fois en février par le direction palestinienne mais qui n'a pas reçu de réponse jusqu'ici.

Selon des diplomates, les Etats-Unis entre autres s'opposent à cette visite tant que les négociations israélo-palestiniennes sont dans l'impasse.

M. Haroon a affirmé à la presse que plusieurs pays membres du Conseil, qu'il n'a pas nommés, étaient "favorables" à cette visite et que des discussions allaient se poursuivre avec les Etats-Unis.

Le représentant palestinien à l'ONU Riyad Mansour a par ailleurs indiqué que les Palestiniens pourraient s'adresser à l'Assemblée générale de l'ONU pour obtenir une amélioration de leur statut d'observateur. Le président palestinien Mahmoud Abbas consulte à ce propos "le plus grand nombre possible de pays arabes et de pays amis" pour décider du moment opportun, a-t-il ajouté.

M. Abbas doit être reçu vendredi à Paris par le nouveau président français François Hollande.

Les efforts de l'Autorité palestinienne pour obtenir un statut de membre à part entière à l'ONU sont bloqués au Conseil de sécurité par les Etats-Unis qui menacent d'y mettre leur veto.

Le président palestinien Mahmoud Abbas avait demandé le 23 septembre 2011 l'adhésion à l'ONU d'un Etat de Palestine, mais Israël et les Etats-Unis y sont opposés de même que plusieurs pays européens comme l'Allemagne et l'Italie.

En septembre 2011, Nicolas Sarkozy, alors président français, avait préconisé un "statut intermédiaire d'Etat observateur" pour la Palestine à l'ONU.

tw-avz/mdm

Envoyer une correction
Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Canada, qui ont fermé en 2021. Si vous avez des questions ou des préoccupations, veuillez consulter notre FAQ ou contacter support@huffpost.com.