Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Québec, qui a fermé ses portes en 2021.

Une page de l'histoire écrite par Hesjedal demain?

À moins d'une catastrophe dans l'ultime étape, Ryder Hesjedal écrira une page d'histoire du cyclisme canadien dimanche. Il devrait devenir le premier représentant de l'unifolié à remporter un grand tour.

Samedi, à l'issue de la 20e et avant-dernière étape du Giro, le coureur de Victoria occupe toujours le 2e rang du classement général, mais il a reculé de 17 à 31 s du meneur, l'Espagnol Joaquim Rodriguez (Katusha). Il devrait normalement combler cet écart dans le contre-la-montre final à Milan.

« Hesjedal est le favori pour la victoire. Je ne dis pas que je pars battu, mais si je suis réaliste, je me dis qu'il faudrait un miracle. Je me donnerai à fond pour ne pas perdre ce maillot », a indiqué Rodriguez.

Hesjedal (Garmin-Barracuda) a bouclé l'exigeant parcours de 218 km en 6e place, à 3 min 36 s du vainqueur du jour, le Belge Thomas De Gendt (Vacansoleil).

Auteur d'un grand numéro en solitaire, De Gendt a rallié l'arrivée après 6 h 54 min 41 s d'efforts surhumains. Il a devancé l'Italien Damiano Cunego (Lampre) et l'Espagnol Mikel Nieve (Euskaltel) au sommet du Stelvio, à 2757 mètres d'altitude.

Rodriguez a suivi en 4e place, 14 s devant Hesjedal, qui a demandé l'aide de ses poursuivants pour tenter de rattraper De Gendt, mais sans succès. Ils ont tous refusé de collaborer. Hesjedal a donc dû mener la chasse lui-même.

Après une attaque de l'Italien Michele Scarponi (Lampre) dans le dernier kilomètre, Rodriguez a démarré la machine pour gruger des secondes à Hesjedal.

De Gendt accuse 2:18 de retard sur le détenteur du maillot rose, contre 1:51 pour Scarponi.

Envoyer une correction
Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Canada, qui ont fermé en 2021. Si vous avez des questions ou des préoccupations, veuillez consulter notre FAQ ou contacter support@huffpost.com.