NOUVELLES
26/05/2012 07:36 EDT | Actualisé 26/07/2012 05:12 EDT

Bolt, "la Foudre" manque de jus

"La Foudre", alias le Jamaïcain Usain Bolt, n'est pas passée loin d'un coup de tonnerre vendredi à Ostrava, où la superstar du sprint, poussive, a exhibé un manque de jus étonnant, à 10.04, au lieu d'impressionner la concurrence.

Les Tchèques sont taquins: alors que le Sud-Africain Simon Magakwe venait d'effectuer un faux départ, les travées du stade de la ville de l'Est de la République tchèque ont gentiment lancé à Bolt un "Remember Daegu" ("Souviens-toi de Daegu"), théâtre de son fameux faux-départ l'an dernier aux Mondiaux.

Le Jamaïcain a souri, mais s'est éjecté des starting-blocks sans vigueur, avant de sembler incapable de courir, même s'il s'est largement dégagé ensuite.

C'est tout juste si le frisson d'une incroyable défaite n'a pas parcouru l'ensemble de l'assistance tant l'impression dégagée était mauvaise.

Au final, une victoire dans la douleur pour le Jamaïcain en 10.04, mais surtout des tonnes d'interrogations que le triple champion olympique en titre (100, 200 et 4x100 m) rapporte dans ses bagages.

"Je n'avais aucune sensation durant la course, absolument aucune. Je suis sorti des blocks et rien ne s'est passé", a-t-il reconnu humblement, alors que la quête d'un nouveau triplé à Londres constitue l'objectif primordial de sa saison.

Il avait l'air un peu hagard devant la presse, avec sa casquette un peu trop grande pour lui, pas suffisamment toutefois pour cacher son regard perdu.

"Franchement, je ne sais pas ce qui s'est passé, a-t-il avoué. Je pense que c'est un jour +sans+. Je suis aussi surpris que vous, les gars".

Il y a de quoi. Il faut en effet remonter à 2009 et une course à Toronto (Canada) en juin pour voir le roi Bolt courir aussi lentement. Et encore, les conditions étaient alors dantesques, avec de fortes pluies et du vent. Et il avait tout de même fait mieux qu'à Ostrava, avec un chrono de 10.00.

"Mon coach va analyser la course et il saura me dire ce que je dois travailler pour Rome", a ajouté Bolt.

Le meeting Ligue de diamant de Rome, le 31 mai, promettait déjà beaucoup avec les retrouvailles annoncées entre Bolt, son compatriote Powell et le Français Christophe Lemaitre. Il s'annonce maintenant comme un premier sommet et, peut-être, un tournant dans cette saison de sprint.

Soit Bolt gagne la course et réaffirme sa mainmise sur la discipline, soit il est battu et ses adversaires vont retrousser les babines.

Car Powell et Lemaitre ne sont pas les seuls à vouloir taquiner le maître. Le plus fort d'entre eux, Yohan Blake, partenaire d'entraînement de Bolt en Jamaïque, a dû tirer certains enseignements d'Ostrava. Sans parler de l'Américain Justin Gatlin, champion olympique 2004 et qui revient à point nommé au plus haut niveau. Tous deux n'ont pas encore prévu d'affronter Bolt avant les jeux Olympiques de Londres.

Alors, Rome connaîtra-t-elle la chute d'un nouvel empire? Méfiance tout de même, car en 2009, deux mois après la course de Toronto, le champion avait claqué les records du monde des 100 et 200 m (9.58 et 19.19) aux Mondiaux de Berlin...

fbr/ol/gv