NOUVELLES
26/05/2012 06:36 EDT | Actualisé 26/07/2012 05:12 EDT

Algérie: la première séance de l'Assemblée perturbée par les islamistes

L'Alliance de l'Algérie verte (AVV, islamiste) a perturbé samedi la première réunion de la nouvelle Assemblée nationale algérienne en brandissant des pancartes pour dénoncer "la fraude" du scrutin du 10 mai, a constaté un journaliste de l'AFP.

Les 49 députés de l'AVV, représentant trois formations islamistes, ont brandi des pancartes à la fin de l'appel des députés. Ils ont crié contre la "fraude", selon eux, dénoncée également sur leurs pancartes, se sont levés et sont sortis.

Les députés restants ont péniblement poursuivi cette plénière dans un brouhaha notamment aux cris de certains "vive le FLN", le Front de Libération nationale, parti présidentiel, qui a remporté selon le décompte final 208 sièges sur 462.

Les islamistes de l'AVV - regroupant le Mouvement pour la société et la paix (MSP), Ennahda (Renaissance) et le Mouvement El Islah (Réforme) - avaient annoncé leur victoire avant même le scrutin et avaient même préparé leur gouvernement.

Ils ont contesté les résultats, mais le Conseil constitutionnel qui a examiné 167 recours présentés par l'ensemble des partis, n'en avait retenu que 13. Il a retiré un siège à l'AVV et lui en a donné trois autres, faisant un total de 49 sièges pour l'alliance.

Le plus important parti de l'AVV, le MSP, était membre de l'Alliance présidentielle aux côtés du FLN et du Rassemblement national démocratique (RND) du Premier ministre Ahmed Ouyahia, mais l'avait quittée en janvier tout en conservant quatre ministres dans le gouvernement.

La séance a commencé par l'appel des députés et la validation de leur mandat sous la présidence du doyen des élus, Larbi Ould Khelifa (FLN), 74 ans, et en intégrant les deux plus jeunes Hussein Maaloum (FLN), âgé de 28 ans et Assia Kenana, une députée indépendante de 29 ans.

La commission de validation devait ensuite écrire son rapport et les députés reprendre leurs travaux vers 15h00 (14h00 GMT) pour élire le président de l'Assemblée nationale.

abh-bmk/aub