NOUVELLES
25/05/2012 06:15 EDT | Actualisé 25/07/2012 05:12 EDT

La Chine salue la reprise des négociations inter-soudanaises

La Chine a salué vendredi la reprise la semaine prochaine des négociations entre le Soudan et le Soudan du Sud et a appelé les deux pays à soutenir les efforts internationaux pour résoudre les problèmes hérités de la guerre civile.

Les deux pays vont reprendre le 29 mai les discussions suspendues après des semaines de combats et de tensions à leur frontière commune, a annoncé jeudi le ministère soudanais des Affaires étrangères.

Auparavant, le Soudan du Sud s'était déjà dit prêt à reprendre les pourparlers, accusant Khartoum de traîner les pieds.

L'ancien président sud-africain Thabo Mbeki, médiateur en chef pour l'Union africaine (UA), avait fait la navette depuis la semaine dernière entre Khartoum et Juba pour ramener les deux parties à la table des négociations.

"Nous saluons l'attitude aussi bien du Soudan du Sud que du Soudan et la reprise des négociations", a déclaré le porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères, Hong Lei, lors d'un point de presse.

"Nous espérons que les deux parties pourront suivre sérieusement la feuille de route de l'UA et les résolutions afférentes du Conseil de Sécurité de l'ONU pour résoudre les questions laissées en suspens par des négociations", a-t-il ajouté.

La Chine a soutenu une résolution adoptée le 2 mai à l'unanimité par le Conseil intimant au Soudan et au Soudan du Sud de cesser leurs combats frontaliers qui menaçaient de raviver la guerre civile, laquelle a duré de 1983 à 2005 et a fait plus de deux millions de morts.

Parmi les sujets de contentieux entre Juba et Khartoum figurent surtout le tracé de la frontière commune, et donc le sort de zones disputées, ainsi que le partage des revenus pétroliers: le Sud a hérité des trois-quarts des réserves de brut mais dépend entièrement des infrastructures du Nord pour exporter.

La Chine, un des principaux soutiens du régime de Khartoum avant la partition, a d'importants investissements au Soudan et au Soudan du Sud, qui la poussent à tenter de calmer le jeu entre les parties.

sai-boc/ej