NOUVELLES
25/05/2012 09:15 EDT | Actualisé 25/07/2012 05:12 EDT

Des dizaines de milliers de manifestants à Alep et Idleb, 8 civils tués (ONG)

Huit civils ont été tués vendredi par les forces de l'ordre en Syrie, où des manifestations massives contre le régime se sont déroulées à Alep et Idleb, dans le nord du pays, rapporte l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH).

"Des dizaines de milliers de personnes ont défilé à Alep et sa province", réclamant la chute du régime, a précisé le chef de l'OSDH, Rami Abdel Rahmane.

"Il s'agit des manifestations les plus importantes à Alep" depuis le début de la révolte contre le régime le 15 mars 2011, a indiqué M. Abdel Rahmane, qui avait déjà souligné l'ampleur des manifestations la semaine dernière dans cette deuxième ville du pays.

Selon l'ONG, un manifestant a été tué et des dizaines d'autres ont été blessés par les forces régulières qui ont tiré à balles réelles et lancé des gaz lacrymogènes sur les protestataires.

Dans la province d'Idleb (nord-ouest), "des dizaines de milliers de manifestants ont également défilé", dans les localités de Maaret al-Noman, Kafrnoubol, Saraqeb, Hass et Sargé, tenues par les rebelles, a indiqué M. Abdel Rahmane.

Des combats ont opposé les forces régulières aux soldats déserteurs dans le village de Maarchourine, toujours dans cette province.

Les forces de l'ordre ont aussi tiré sur des manifestants dans la province de Deraa (sud), blessant plusieurs d'entre eux à Inkhel, à la sortie des mosquées après la prière de midi. Un civil a été tué dans une embuscade dans cette même province.

A Homs (centre), des manifestants ont défilé dans plusieurs quartiers malgré les bombardements et les tirs, ainsi que dans les villes voisines d'al-Qariataine et Houla, où sept personnes ont été blessées.

Les militants pro-démocratie avaient appelé à manifester vendredi sous le slogan "Notre prochain rendez-vous, Damas", appelant à intensifier le mouvement dans la capitale, quadrillée par les agents de sécurité.

Plusieurs manifestations ont ainsi eu lieu à l'aube dans les quartiers populaires de Damas --Tadamone, Fahamé, Tabbalé, al-Assali, Jobar-- pour rendre hommage à l'Armée syrienne libre (ASL, formée essentiellement de déserteurs) et appeler à la chute du régime du président Bachar al-Assad.

"Le quartier Tadamone ne pliera pas", proclamait une pancarte brandie par des manifestants. A Tabbalé, ils ont appelé les "cheikhs de Damas à prendre leurs distances avec le régime", selon des vidéos postées par les militants pro-démocratie sur internet.

Dans l'après-midi, les forces de l'ordre ont tiré des gaz lacrymogènes pour disperser des manifestants dans le quartier historique de Midane, toujours selon l'OSDH qui a fait état de plusieurs autres manifestations dans la capitale et sa banlieue où un enfant a été tué par un tireur embusqué à Irbine.

Dans la province de Hama, quatre personnes ont été tuées par les forces gouvernementales dans la nuit de jeudi à vendredi, "alors qu'ils gardaient leur ferme" dans le village de Chizar, a précisé l'OSDH.

Un civil a péri dans le quartier de Sabounié, à Hama (nord). Dans la même région, des soldats ont été blessés lors de combats contre des déserteurs, selon la même source.

Pour sa part, l'agence officielle syrienne Sana a fait état de la mort de six personnes dans l'explosion d'une charge déposée par "un groupe terroriste" sur le seuil de leur porte dans le village de Rabla, dans le province de Homs.

rm/vl