NOUVELLES
25/05/2012 01:13 EDT | Actualisé 25/07/2012 05:12 EDT

Congrès Fifa - Blatter: "Processus de réformes, et unifier la Fifa"

Le 62e congrès de la Fédération internationale de football (Fifa) vendredi à Budapest est un "succès", selon son président Joseph Blatter, car il a permis d'adopter un premier train de réformes et d'"unifier la Fifa", secouée en 2011 par plusieurs scandales de corruption.

Q: Quel bilan faites-vous du congrès?

R: "Je suis un président heureux, car c'est un grand succès. Il s'agissait d'un processus de réformes, et au-delà, d'unifier la Fifa. On a tenté de remettre en cause la souveraineté et le travail de la Fifa et de sa gouvernance. Mais la Fifa est forte, unie. On n'est pas les meilleurs, mais on est les plus populaires, parce qu'on a le sport le plus populaire du monde. A la fin du dernier congrès, j'avais dit qu'il y aurait des changements. Nous avons travaillé sur les réformes et avons présenté les premiers résultats. Au bout de 108 ans (d'existence de la Fifa, ndlr), nous avons aussi une femme dans notre comité exécutif. Lydia Nsekera, qui est une princesse, une femme d'affaires et membre du CIO, entre dans l'histoire du football."

Q: Quelles sont les réformes principales?

R: "Nous sommes à la fin de la première année, mais notre feuille de route va jusqu'en 2013, il reste beaucoup à faire. Aujourd'hui, des décisions importantes ont été prises concernant la commission d'audit et de conformité. L'idée est d'une meilleure transparence. Depuis 2002, nos finances sont contrôlées. Nous avons aussi renforcé et élargi la commission d'éthique, avec deux chambres: l'une d'instruction, l'autre de jugement. Nous n'avons pu nommer l'un des deux présidents proposé pour des raisons de santé. Le congrès a autorisé le comité exécutif de s'en occuper le 29 juin."

Q: Quel est le sens de la suspension de la décision d'autoriser le Kosovo à jouer des matches amicaux contre des fédérations membres de la Fifa?

R: "Cette décision est seulement suspendue, jusqu'à ce qu'on fixe les modalités. Ce qui voudra dire que des membres de la Fifa pourront jouer contre le Kosovo. Selon les statuts de l'UEFA, il faut être accepté à l'ONU pour en être membre. Il y a 22 des 27 membres de l'UE qui ont reconnu le Kosovo. Il y a eu eu un problème causé par cette décision, et nous avons donc décidé de voir les modalités et de prendre une décision définitive le 29 juin. Mais le fond de la décision n'a pas changé."

Q: Allez-vous publier les documents sur ISL (du nom de la société de marketing détentrice de l'exclusivité des droits télévisés pour plusieurs Coupes du monde avant sa liquidation en 2001 sur fond de corruption présumée)?

R: "On ne peut rien faire pour l'instant. On a décidé, à une grande majorité, en octobre dernier, de les publier dès qu'on le pourra. A la Fifa, on n'a rien à cacher. Moi, personnellement, je serais heureux de les publier."

Q: Jack Warner, ex-président de la Concacaf (Confédération de football d'Amérique du Nord, d'Amérique centrale et des Caraïbes), détient un bâtiment financé par la Fifa. Que comptez-vous faire?

R: "C'est seulement lors du dernier congrès de la Concacaf que nous avons été informés du fait que le centre d'excellence de la Concacaf, financé par la Fifa, appartenait désormais à une personne, qui n'est plus dans le football, ni dans la Concacaf, ni dans la Fifa. C'est un problème nouveau, nous allons l'étudier dans les semaines qui viennent."

Propos recueillis en conférence de presse.

ybl/mam