NOUVELLES
24/05/2012 08:29 EDT | Actualisé 24/07/2012 05:12 EDT

Un homme arrêté pour le meurtre d'un enfant disparu à New York en 1979

La police de New York a annoncé jeudi soir l'arrestation d'un homme qui a confessé le meurtre d'un enfant disparu il y a 33 ans à Manhattan sur le chemin de l'école, dénouement apparent d'une affaire ayant traumatisé des millions de familles américaines.

Pedro Hernandez, 51 ans, "a confessé avoir étouffé Etan (Patz) il y aura 33 ans demain, dans la cave" d'une épicerie du quartier où habitait l'enfant, a déclaré le chef de la police Ray Kelly dans une conférence de presse. "Nous pensons qu'il est responsable de ce crime", a-t-il ajouté.

Il a ajouté que l'homme, alors âgé de 19 ans, avait attiré l'enfant dans la cave de l'épicerie où il travaillait "en lui promettant un soda". Après l'avoir tué, pour des raisons inconnues, il s'était débarrassé du corps en le mettant "dans un sac en plastique avec les poubelles".

M. Kelly a dit que l'homme n'avait pas donné de raison à son acte, mais que les enquêteurs croyaient en sa confession, en raison "des détails qu'il a donnés".

Il sera très difficile, a-t-il reconnu, de retrouver des éléments matériels l'incriminant.

L'homme, Américain de Porto-Rico, n'a pas de casier judiciaire, et il n'avait pas été interrogé à l'époque, a également dit le chef de la police.

Etan Patz avait disparu le 25 mai 1979 dans le quartier de SoHo (sud de Manhattan), alors que pour la première fois ses parents lui avaient permis d'aller seul à l'arrêt du bus scolaire, à moins de 100 mètres de chez lui.

La disparition mystérieuse du petit garçon au joli sourire, dont la photo, prise par son père photographe, avait été placardée à l'époque sur les briques de lait pour essayer de faire avancer l'enquête, avait traumatisé l'Amérique.

Des millions de parents avaient ensuite interdit à leurs enfants de marcher seuls à l'école ou de jouer dehors.

Et en 1983, le président Ronald Reagan avait fait du 25 mai la journée nationale des enfants disparus. Le centre national pour les enfants disparus (NCMEC) avait été créé l'année suivante.

Etan a été approché par Hernandez "à l'arrêt du bus", a précisé jeudi soir Ray Kelly.

La police est remontée jusqu'à lui le mois dernier, sur la base d'un témoignage.

Quelques années après son crime, a ajouté le commissaire Kelly, il avait confié à un membre de sa famille qu'il avait "fait quelque chose de mal et tué un enfant à New York".

Hernandez, qui va être inculpé de meurtre, a conduit mercredi soir les enquêteurs sur les lieux du drame.

Les parents d'Etan habitent toujours le même appartement, et ont été informés de sa confession, dans une affaire infiniment douloureuse, où ils avaient été échaudés à plusieurs reprises.

En avril, après des années de silence, la police et le FBI avaient relancé l'enquête à grand bruit, creusant une cave au coin de leur rue.

Armés de marteaux-piqueurs, des dizaines d'enquêteurs avaient cassé la dalle "de béton de la cave avant d'emporter des débris pour examens, sans apparemment rien trouver.

Mais c'est après cet épisode très médiatisé, qu'ils auraient été contactés.

Hernandez est au moins le troisième homme identifié dans cette affaire, mais le premier à s'accuser et à être inculpé.

Un prisonnier condamné pour l'agression d'un autre enfant, Jose Antonio Ramos, ami de l'ancienne baby-sitter d'Etan, a été soupçonné dans le passé et reconnu responsable dans une procédure civile.

Et le mois dernier, le nom d'un homme à tout faire, Othniel Miller, qui connaissait le petit garçon, avait également fait surface, parce qu'il utilisait à l'époque la cave fouillée par les enquêteurs.

bd/sj