NOUVELLES
24/05/2012 06:13 EDT | Actualisé 24/07/2012 05:12 EDT

Obama exhorte le Congrès à reconduire des subventions aux énergies "vertes"

Le président des Etats-Unis Barack Obama a exhorté jeudi le Congrès à reconduire des allègements d'impôts consentis aux entreprises spécialisées dans les énergies "vertes" dont dépendent jusqu'à 37.000 emplois selon la Maison Blanche.

De retour d'une tournée en Californie (ouest), où il a notamment levé des fonds pour sa campagne de réélection, M. Obama s'est arrêté à Newton dans l'Iowa (centre), un Etat qu'il espère emporter face à son probable adversaire républicain Mitt Romney le 6 novembre.

Avant de participer dans la soirée à une réunion électorale, M. Obama y a visité une usine de turbines pour des éoliennes, un secteur qui selon lui "en grande partie grâce à des allègements d'impôts, a décollé".

"L'Etat d'Iowa obtient aujourd'hui presque 20% de son électricité de l'éolien. Au total, les Etats-Unis ont une capacité éolienne suffisante pour alimenter dix millions de foyers. Donc, c'est un secteur qui fait travailler les gens", a fait valoir le président, qui avait défendu lors de sa campagne de 2008 l'émergence de métiers liés aux énergies renouvelables.

"Nous faisons des progrès. Mais je suis ici parce que ces progrès sont menacés. Si le Congrès n'agit pas, ces allègements d'impôts (...) vont expirer" à la fin de l'année, a-t-il prévenu.

"Des emplois disparaîtront. Ce n'est pas une estimation, c'est un fait. Et nous ne pouvons pas laisser cela se produire", a affirmé M. Obama, en rappelant que la ville de Newton avait été durement touchée par la disparition d'une usine d'électroménager en 2007.

Selon la conseillère adjointe de M. Obama pour l'énergie, Heather Zichal, jusqu'à 37.000 emplois pourraient disparaître dans ce secteur si ces allègements ne sont pas prolongés.

Depuis le 8 mai, M. Obama a adopté un nouvel angle d'attaque contre le Congrès où ses adversaires sont en position de force, avec une "liste des commissions" de mesures censées bénéficier à l'économie et qu'il les a mis au défi d'adopter.

Le taux de chômage est tombé à 8,1% en avril, mais reste encore loin des 5% de début 2008, avant la crise. Il s'agit de l'une des principales menaces pesant sur les chances de réélection de M. Obama.

tq/mdm