NOUVELLES
24/05/2012 12:14 EDT | Actualisé 24/07/2012 05:12 EDT

Netanyahu dénonce les actes anti-immigrés, promet d'expulser les clandestins

Le Premier ministre israélien, Benjamin Netanyahu, a condamné jeudi les violences contre des immigrés clandestins à Tel-Aviv, en estimant qu'elles n'avaient "aucune place" en Israël, tout en promettant de rapatrier "bientôt" les clandestins.

"Je veux dire clairement qu'il n'y a aucune place pour les actions et les déclarations dont nous avons été témoins hier", a déclaré M. Netanyahu au lendemain d'une manifestation anti-immigrés qui a dégénéré en violences racistes à Tel Aviv.

Un millier d'Isréliens ont défilé en criant des slogans racistes et certains d'entre eux s'en sont pris à des magasins appartenant à des Africains dans un quartier défavorisé du sud de Tel-Aviv, où vivent de nombreux immigrés clandestins, la plupart Soudanais ou Erythréens, arrivés via le Sinaï égyptien.

Ces débordements ont provoqué une violente polémique sur la présence en Israël de plus de 60.000 clandestins.

Tout en dénonçant les violences de Tel Aviv, M. Netanyahu a assuré: "Le problème des +infiltrés+ doit être résolu et nous le résoudrons".

Pour tenter d'endiguer l'afflux de clandestins, le gouvernement israélien a accéléré la construction d'une clôture de 250 km le long de sa frontière avec l'Egypte, très poreuse car passant en plein désert du Sinaï.

"Nous achèverons la construction du mur d'ici quelques mois et nous commencerons bientôt à renvoyer les immigrés dans leurs pays d'origine", a insisté M. Netanyahu.

Selon les chiffres officiels, 62.000 immigrés clandestins sont entrés en Israël depuis 2006, en provenance surtout du Soudan, du Soudan du Sud et de l'Erythrée.

dms/agr/fc