Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Québec, qui a fermé ses portes en 2021.

JO-2020: Les diffuseurs n'ont pas joué dans la décision sur Doha (Rogge)

Le président du Comité international olympique (CIO) Jacques Rogge a déclaré jeudi à Québec que les questions concernant la diffusion des jeux Olympiques n'avaient pas influé sur la décision d'interdire à Doha d'être candidate aux jeux Olympiques 2020.

"Le changement de dates (qui était proposé par Doha, de juillet-août à octobre) a évidemment un effet sur les retransmissions mais ces questions là n'ont rien à voir avec la décision du CIO", a assuré M. Rogge lors de la conférence de presse qui concluait la réunion de la commission exécutive du CIO à Québec.

Interrogé sur l'avenir olympique de Doha, qui a échoué mercredi pour la seconde fois à devenir candidate pour les JO, M. Rogge a estimé qu'il ne pouvait se prononcer sur "la position du CIO dans un futur où il ne serait plus là", c'est à dire après septembre 2013, année où un nouveau patron sera élu à la tête de l'institution olympique.

"Rio (élu pour 2016) a essayé trois fois, Pyeongchang a essayé trois fois", a rappelé M. Rogge.

Mercredi, le CIO avait décidé d'écarter Doha et Bakou de la course aux JO-2020, autorisant Madrid, Tokyo et Istanbul à poursuivre leur campagne. En raison de températures trop élevées en juillet-août, époque traditionnelle des JO, Doha avait été autorisée, dans son dossier de pré-candidature, à proposer des dates différentes, en octobre, ce qui ne satisfaisait pas les diffuseurs traditionnels des Jeux.

cha/tj

Envoyer une correction
Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Canada, qui ont fermé en 2021. Si vous avez des questions ou des préoccupations, veuillez consulter notre FAQ ou contacter support@huffpost.com.