NOUVELLES
22/05/2012 03:11 EDT | Actualisé 22/07/2012 05:12 EDT

Ryad appelle le président libanais à intervenir pour arrêter les violences

Le roi Abdallah d'Arabie saoudite a appelé mardi le président libanais Michel Sleimane à intervenir face à la "gravité" de la crise, afin d'empêcher le pays de replonger dans la guerre civile.

Dans un message adressé au chef de l'Etat libanais, le souverain saoudien exprime "l'inquiétude" de son pays, poids lourd du monde arabe, "face aux développements de la situation", notamment à Tripoli (dans le nord du Liban) où "une des principales communautés libanaises est visée", dans une référence aux sunnites.

Il appelle le président libanais à intervenir "en raison de la gravité de la crise et de la possibilité qu'elle dégénère en conflit confessionnel et qu'elle ramène le pays (...) au spectre de la guerre civile", et à relancer "le dialogue national".

Le souverain saoudien, dont le message est retransmis par l'agence officielle SPA, exhorte en outre les parties libanaises à "faire prévaloir l'intérêt national et le placer au-dessus de toute considération, et à ne pas servir les intérêts de parties étrangères qui ne veulent ni le bien du Liban ni celui de la région arabe en général".

Le Liban est devenu l'otage du conflit dans la Syrie voisine après une série d'incidents meurtriers impliquant des adversaires et des sympathisants du régime du président Bachar al-Assad, selon des experts.

Un dignitaire sunnite hostile au régime syrien et soutenant la révolte syrienne a été tué dimanche par des tirs de l'armée dans le nord du Liban.

Des affrontements ont éclaté après sa mort à Beyrouth, entre un mouvement libanais sympathisant de la révolte syrienne et un autre appuyant le régime syrien, faisant deux morts.

L'Arabie saoudite a vivement critiqué la répression de la révolte en Syrie, fermant en mars son ambassade à Damas après avoir rappelé son ambassadeur en août dernier.

aa/at/vl