NOUVELLES
21/05/2012 06:41 EDT | Actualisé 21/07/2012 05:12 EDT

Valérie Trierweiler se verrait bien en ambassadrice de l'égalité des chances

La compagne du nouveau président français François Hollande, Valérie Trierweiler, a indiqué lundi qu'elle se verrait bien ambassadrice de l'égalité des chances, en marge d'une visite au lycée français de Chicago ou s'achevait le sommet de l'Otan.

"Ce qui m'intéresse, c'est le début, les enfants, l'égalité des chances", a confié la nouvelle Première dame à la presse. "En France, on fait un peu à sa manière. Il y a une attente, on reçoit énormément de courriers d'associations. Je verrai tout cela au fur et à mesure", a-t-elle ajouté.

Parmi celles qui l'ont précédée à l'Elysée, Bernadette Chirac s'était engagée pour les personnes âgées et Carla Bruni-Sarkozy avait milité pour la lutte contre le sida en tant qu'ambassadrice du fonds mondial de l'ONU.

Interrogée pendant sa visite, Valérie Trierweiler a confirmé qu'elle n'entendait pas renoncer à sa carrière de journaliste. "Je compte bien continuer, même si je ne mesure pas encore toutes résistances qui vont se présenter à moi", a-t-elle dit, "j'ai abandonné le journalisme politique, ça c'est une chose réglée, mais je compte bien continuer".

De sa première visite officielle, la compagne de François Hollande a d'abord retenu sa rencontre avec la Première dame américaine Michelle Obama, qui l'a reçue à la Maison Blanche avec les autres épouses des dirigeants du G8.

"C'est vraiment l'une des personnes qui m'a le plus impressionnée dans toute ma vie. Elle a une présence incroyable, un charisme impressionnant. On se dit qu'elle pourrait faire elle aussi une carrière politique", a confié Mme Trierweiler, qui a remercié Michelle Obama "pour son accueil chaleureux" et "ses précieux conseils" sur le rôle d'épouse de président.

pa/lb