NOUVELLES
21/05/2012 03:57 EDT | Actualisé 21/07/2012 05:12 EDT

Haïti: deux Américains inculpés pour avoir défilé avec d'anciens militaires

Deux Américains, interpellés vendredi en Haïti pour avoir pris part à des manifestations non autorisées d'anciens militaires réclamant la restauration de l'armée, ont été inculpés lundi de complicité et d'association de malfaiteurs, selon une source gouvernementale.

"La police a interpellé deux ressortissants américains, Steven Parker Shaw, 58 ans, du Massachusetts, et Jason William Petrie, 39 ans, de l'Ohio, qui manifestaient aux côtés d'ex-militaires devant le palais présidentiel haïtien (à Port-au-Prince, ndlr). Ils sont remis à la justice", a déclaré à l'AFP le secrétaire d'Etat à la sécurité publique, Réginald Delva.

Les deux hommes ont été arrêtés lors d'une opération visant à démanteler des campements d'anciens militaires qui demandent la restauration de l'armée dissoute en 1994 par l'ex-président Jean-Bertrand Aristide. Des milliers de personnes se réclamant de l'ancienne armée avaient manifesté vendredi dans plusieurs villes d'Haïti.

Les deux Américains portaient apparemment des treillis militaires haïtiens. "L'un d'eux a déclaré qu'il prenait part à cette activité croyant que c'était un mouvement pour libérer Haïti", a indiqué le secrétaire d'Etat.

Les autorités haïtiennes ont demandé lundi à un représentant de l'ambassade des Etats-Unis à Port-au-Prince de fournir un traducteur pour les Américains, qui seront entendus par la justice haïtienne.

Le secrétaire d'Etat à la sécurité publique a également annoncé lundi que les autorités avaient repris le contrôle de plusieurs bâtiments publics occupés depuis plusieurs mois par d'anciens militaires, qui réclament également le versement de leurs pensions non payées depuis la démobilisation des Forces armées d'Haïti (FADH).

Le président haïtien Michel Martelly, qui avait promis de restaurer l'armée, est revenu sur sa décision face à la réticence de pays amis d'Haïti qui jugent que la remobilisation de l'armée n'est pas une priorité dans un pays fragilisé par le violent séisme de 2010.

cre/eg/lor