NOUVELLES
20/05/2012 07:22 EDT | Actualisé 20/07/2012 05:12 EDT

Un député iranien accuse Ahmadinejad de préparer "l'ouverture de cabarets"

Un député ultraconservateur iranien a suggéré ironiquement au président Mahmoud Ahmadinejad "d'ouvrir des boîtes de nuit et des cabarets" dans le pays, lors d'une diatribe contre le laxisme supposé du gouvernement en matière de respect du voile islamique.

"A cause des encouragements du président Ahmadinejad, la situation du voile islamique est devenue désastreuse (...) MM. Ahmadinejad et (son directeur de cabinet, Esfandiar Rahim) Mashaie ont promu le port du pantalon et d'un manteau qui arrive au-dessus des genoux" par les jeunes filles, a dénoncé Ali Motahari cité par l'agence Fars.

"Ils ont en fait autorisé la provocation sexuelle (...) Maintenant, ils devraient penser (...) à l'ouverture de cabarets et de boîtes de nuit", a-t-il ajouté.

Le courant ultraconservateur du régime dénonce régulièrement la politique culturelle du président Ahmadinejad jugée trop libérale.

Il accuse M. Mashaie d'avoir une influence néfaste sur le président qui a multiplié ces dernières années les déclarations sur le fait qu'il ne fallait pas employer des méthodes policières contre les jeunes, notamment pour réprimer les entorses au code vestimentaire islamique imposant le port du foulard et d'un manteau long aux femmes.

Comme chaque année avant l'été, la police iranienne a lancé depuis plusieurs jours une grande campagne d'arrestations, largement relayée par les médias, contre les femmes "mal voilées" et les jeunes ayant des comportement jugés "non-islamiques".

Plusieurs députés conservateurs ont dénoncé les propos "injurieux" d'Ali Motahari contre M. Ahmadinejad.

Mohammad Esmaïl Kossari, député conservateur de Téhéran, a demandé à la justice de se saisir de l'affaire et de demander des comptes à M. Motahari.

"Les déclarations de M. Motahari sont immorales", a déclaré pour sa part Hamid Reza Fouladgar, député conservateur d'Ispahan.

Pour sa part, l'agence Fars, proche des conservateurs, a accusé Ali Motahari de faire le jeu des "médias contre-révolutionnaires".

M. Motahari a été réélu lors des récentes législatives à Téhéran. Il s'est fait connaître ces dernières années par ses virulentes attaques contre M. Ahmadinejad.

sgh-lma/hj