NOUVELLES
20/05/2012 01:07 EDT | Actualisé 20/07/2012 05:12 EDT

Tour d'Italie - 15e étape: déclarations

Matteo Rabottini (ITA/Farnese Vini), vainqueur de l'étape: "Gagner au sprint après une échappée de plus de 150 kilomètres, c'est incroyable ! Quand Rodriguez m'a rejoint, j'ai quasiment perdu tout espoir. Mais je me suis accroché et j'ai bien fait. J'étais venu sur ce Giro, comme tous les coureurs, avec l'espoir de gagner une étape. J'ai réussi et c'est la plus belle journée de ma vie."

Joaquim Rodriguez (ESP/Katusha), leader: "J'ai beaucoup souffert hier (samedi) mais j'ai été capable aujourd'hui de reprendre le maillot rose. Je craignais le mauvais temps mais, dans le final, les sensations étaient bonnes. Scarponi a démarré fort et a provoqué la sélection, j'ai contré en voyant que Hesjedal avait du mal. Je suis très satisfait des écarts. Avec le maillot rose, c'est le retour des responsabilités mais nous entrons dans la dernière semaine et les étapes sont plus adaptées à mes caractéristiques. Je n'ai pas peur des grands cols à venir. Je connais le Mortirolo et le Stelvio (20e étape), mais pas l'Alpe de Pampeago (19e étape)."

Ryder Hesjedal (CAN/Garmin), 2e du général: "Ca n'allait pas. L'étape a été dure pour tout le monde, une journée horrible. Je n'étais pas bien comme hier (samedi), je suis content que ce soit fini. J'espère récupérer pendant la journée de repos pour lutter de nouveau avec les meilleurs."

Ivan Basso (ITA/Liquigas), 3e du général: "Je suis content de cette journée. J'ai eu un peu de mal quand les Astana ont fait la descente, je suis arrivé avec les jambes en bois au pied de la dernière montée. Les jeux sont encore très ouverts, les trois étapes les plus dures sont à faire. Si nous continuons à travailler de cette façon, je suis sûr que nous pourrons fêter, moi et mes coéquipiers, un grand résultat à la fin de la semaine prochaine."

Domenico Pozzovivo (ITA/Colnago), 13e du général: "A quatre kilomètres de l'arrivée, je me suis senti sans forces. Une fringale... Dans les descentes, j'étais obligé de suivre et je ne me suis pas bien alimenté."

jm/gd