NOUVELLES
20/05/2012 11:20 EDT | Actualisé 20/07/2012 05:12 EDT

Quatre démineurs de l'ONU arrêtés par l'armée soudanaise libérés (officiel)

Quatre démineurs de l'ONU arrêtés par l'armée soudanaise le long de la frontière disputée avec le Soudan du Sud fin avril ont été libérés dimanche et remis au médiateur de l'Union africaine Thabo Mbeki, a annoncé le ministre de la Défense soudanais.

"Nous les avons libérés et remis au président Mbeki", a déclaré Abdelrahim Mohammed Hussein lors d'une cérémonie au quartier général de l'armée, plus de trois semaines après l'arrestation des quatre démineurs.

M. Mbeki, ancien président de l'Arique du Sud, était arrivé jeudi dans la capitale soudanaise pour tenter de relancer les négociations entre Khartoum et Juba, suspendues après des combats frontaliers en avril. Il y a notamment rencontré le président Omar el-Béchir.

"J'ai évoqué votre cas avec le président Béchir et le gouvernement nous a expliqué les circonstances de votre arrestation, nous avons ensuite demandé au président Béchir de vous libérer", a déclaré M. Mbeki, s'adressant aux quatre hommes.

Ceux-ci sont apparus en bonne santé, souriants et serrant la main du ministre la Défense et des officiers de l'armée soudanaise.

"Nous partirons tous ensemble", a-t-il dit, avant que les démineurs libérés-- un Britannique, un Norvégien, un Sud-Africain et un Soudanais du Sud-- soient emmenés dans un minibus, dans le cortège de M. Mbeki.

Selon des diplomates, les quatre hommes ont été remis ensuite à leurs ambassades respectives.

"Nous remercions le gouvernement du Soudan et nous apprécions les efforts du président Mbeki. Nous sommes tellement heureux de pouvoir partir maintenant", a déclaré John Sorbo, de nationalité norvégienne, en son nom et en celui de ses collègues.

M. Hussein a expliqué qu'ils avaient été libérés parce que deux d'entre eux travaillaient pour une compagnie sud-africaine et que "(le Soudan) apprécie les efforts du président Mbeki pour résoudre les problèmes entre Soudan et Soudan du Sud".

L'armée soudanaise avait annoncé le 28 avril avoir capturé les quatre hommes "à l'intérieur des frontières du Soudan, dans la zone d'Heglig. Ils étaient en train de collecter des débris dans le cadre d'investigations".

Ils avaient été transférés de Heglig vers un centre militaire dans la capitale soudanaise.

Khartoum les avaient alors présentés comme des "experts étrangers" soutenant le Soudan du Sud "pour mener son agression contre Heglig".

Il y a deux semaines, l'ONU avait annoncé qu'ils travaillaient pour les Nations unies sur "un projet humanitaire de déminage au Soudan du Sud" et réclamé leur libération.

Le sentiment nationaliste s'est exacerbé au Soudan après que le Soudan du Sud a occupé durant dix jours en avril Heglig, la principale région pétrolière du Nord, au moment où Khartoum menait des raids aériens contre le Soudan du Sud.

Ces combats ont été les plus violents depuis la sécession du Soudan du Sud en juillet, et ont fait craindre une guerre ouverte entre les deux voisins.

str-it/sbh/hj/sw