NOUVELLES
20/05/2012 02:44 EDT | Actualisé 19/07/2012 05:12 EDT

Nigeria: Boko Haram, un groupe islamiste violent qui continue de se radicaliser

Le groupe islamiste nigérian Boko Haram, est une organisation aux contours mal définis dont les violences depuis la mi-2009 ont fait plus de 1.000 morts dans le pays le plus peuplé d'Afrique et premier producteur de pétrole du continent.

ETAT ACTUEL : A l'origine une secte qui ciblait responsables politiques et policiers dans son fief du nord-est, Boko Haram s'est mué en une organisation capable d'orchestrer des attentats-suicide dans la capitale Abuja notamment, visant le siège des Nations unies, le QG national de la police ou encore la rédaction d'un quotidien influent.

ORIGINES : La première apparition du groupe date de 2004. Boko Haram signifie en langue haoussa parlée dans le nord, "l'éducation occidentale est un péché". Il existerait plusieurs factions aux objectifs différents, dont une qui aurait des liens avec des hommes politiques et une autre marquée par une idéologie islamiste radicale.

BUTS : Le groupe a affirmé à l'origine vouloir instaurer un Etat islamiste dans le nord mais ses revendications ont varié et il a entre autres demandé la remise en liberté de membres emprisonnés.

ACTIONS : Des gangs criminels sont également soupçonnés d'agir sous couvert des actions de Boko Haram. Les théories abondent, certains évoquant un complot des ennemis du président Goodluck Jonathan qui soutiendraient Boko Haram. Le chef de l'Etat, un chrétien du sud, fait face à une forte opposition dans le nord.

DIRECTION : Son premier dirigeant connu était le défunt Mohammed Yusuf, qui a rassemblé autour de lui des jeunes et connaissait lui même fort peu le Coran, selon un professeur qui a étudié le groupe. Son ancien adjoint, Abubakar Shekau, serait le dirigeant actuel de la principale cellule islamiste de Boko Haram qui a déclaré vouloir donner un nom différent au groupe pouvant se traduire par "Les adeptes des enseignements du Prophète pour la propagation et le jihad".

INSURRECTION : Boko Haram a lancé une insurrection en 2009 et combattu l'armée pendant près d'une semaine. La répression a fait quelque 800 morts et rasé le quartier général du groupe à Maiduguri, capitale de l'Etat de Borno (nord-est), frontalier du Niger, du Tchad et du Cameroun. L'armée a également capturé Mohammed Yusuf qui a été plus tard abattu par la police.

RENAISSANCE : Boko Haram est resté en sommeil pendant plus d'un an avant de réapparaître en 2010, élargissant son théâtre d'opération à d'autres zones du nord et à des régions du centre. Il a multiplié les attaques à l'explosif et les attentats suicides de plus en plus meurtriers.

AFFILIATIONS : Des diplomates affirment que des membres de Boko Haram ont été formés au Mali par la branche maghrébine d'Al-Qaïda (Aqmi), une collaboration qui inquiète et est surveillée de près par des nations occidentales.

bur-mjs/smo/hba/cpy