NOUVELLES
19/05/2012 11:05 EDT | Actualisé 19/07/2012 05:12 EDT

L'Impact souhaitait finir son séjour au Stade olympique sur une meilleure note

MONTRÉAL - Les joueurs de l'Impact tenaient à leur fiche sans défaite à domicile. Après deux victoires et deux verdicts nuls (trois, si on compte le match contre le Toronto FC en Championnat canadien), l'Impact souhaitait conserver son dossier sans tache à domicile à son dernier match au Stade olympique.

«C'est décevant. Nous savions à la fin du match qu'on aurait dû sortir de là avec une victoire, a déclaré le capitaine Davy Arnaud. Nous avons plutôt bien joué ici, notre fiche est bonne. Nous savons que pour être une bonne équipe, il faut être bon à domicile.»

«Ce n'est assurément pas de la façon dont nous voulions terminer notre séjour au Stade olympique avant de nous diriger vers le stade Saputo», a pour sa part noté le défenseur Tyson Wahl, en référence au premier match de l'Impact dans son stade rénové, le 16 juin prochain.

«Cette défaite fait mal, c'est sûr, a ajouté Jeb Brovsky. Avant le match, nous en avons parlé. Nous avons dit qu'on devait terminer notre séjour ici de belle façon. Nous sommes très décus de ce résultat.»

S'il termine son séjour sur une note décevante, le passage de l'Impact au Stade olympique se sera avéré fort positif sous plusieurs aspects: une fiche de 2-1-2 en MLS et 2-1-3 au total et 182 488 spectateurs qui se sont déplacés pour voir les cinq matchs en MLS, 195 533 si on ajoute le match en Championnat canadien, des chiffres dont se réjouit la formation montréalaise.

«Absolument. On parlait d'un objectif d'environ 35 000 spectateurs par match. Finalement, on termine à un peu plus de 36 000 de moyenne avec deux résultats exceptionnels: 58 000 (lors du match d'ouverture) et plus de 60 000 (contre le Galaxy de Los Angeles), a noté le vice président exécutif Richard Legendre. Nous sommes très, très contents. Le Stade olympique, ça a bien fonctionné. Même la découverte (du sport) par les partisans s'est bien passée.

«C'est certain que lorsqu'il y a 60 000 personnes dans le Stade, il y a de l'ambiance, ça va de soi. Mais on a vu des matchs à 20, 23 et 19 000 où il y avait de l'ambiance. On craignait (qu'il n'y ait pas d'ambiance) au début (avec des foules moins importantes). Finalement, ça n'a pas été le cas.»

Ces spectateurs — 20 373 samedi — ont d'ailleurs l'Impact bien à coeur et ont soif de résultats. Samedi, les premières huées à son endroit ont retenti à la 88e minute de jeu, après qu'Arnaud eut raté une belle chance quand il a envoyé son tir d'environ 25 mètres bien au-dessus du filet new-yorkais.

«Tout le monde veut voir le ballon pénétrer dans le filet, a dit l'entraîneur Jesse Marsch. Je pense toujours que les partisans devraient être fiers de ce que l'équipe a accompli jusqu'ici. Je ne m'en fais pas trop avec ça.»

«Je ne les ai pas vraiment entendues, a pour sa part indiqué Arnaud. Mais si j'étais un partisan, je serais probablement bien déçu de ce résultat. Ils ont droit de l'être. Nous le sommes tout autant qu'eux.»

Le stade Saputo subit actuellement d'importantes rénovations visant à faire passer son nombre de sièges de 13 034 à 20 341. Les Sounders de Seattle seront les premiers à fouler le gazon de ce «nouveau» stade Saputo.