NOUVELLES
19/05/2012 07:09 EDT | Actualisé 19/07/2012 05:12 EDT

Hollande se réjouit que la croissance ait été le "grand sujet" du G8

Le président français François Hollande s'est réjoui samedi que le soutien à la croissance ait été "le grand sujet" du sommet du G8, estimant que cette dimension était une "attente" des opinions publiques et des marchés.

"La première grande orientation, celle que je voulais donner, je n'étais pas le seul, c'était de mettre la croissance au coeur de nos discussions (...) il apparaît d'évidence que la croissance a été le grand sujet de ce G8", s'est réjoui M. Hollande devant la presse à l'issue du sommet de Camp David (Maryland, est des Etats-Unis).

"Si des engagements ont été pris depuis plusieurs mois pour le rétablissement des comptes publics dans nos pays (...) il manquait jusqu'à présent la dimension de croissance, le mot figurait bien dans un certain nombre de textes mais il n'y avait pas de traduction concrète en termes de mesures", a poursuivi le chef de l'Etat français.

"C'est ce qu'attendent les opinions publiques dans chacun de nos pays, mais aussi les marchés, car ils se sont mis à douter, notamment dans les dernières semaines, de la capacité qu'auront les Etats de réduire les déficits s'il n'y a pas une activité supérieure à ce qu'elle est aujourd'hui", a-t-il insisté.

M. Hollande a précisé qu'il détaillerait ses propositions pour la croissance lors du sommet informel des chefs d'Etat et de gouvernement de l'Union européenne (UE) mercredi prochain à Bruxelles. "Dans ce paquet, il y aura des +eurobonds+ et je ne serai pas le seul à le proposer, j'en ai eu la confirmation ici", a-t-il dit.

Le président français a également confié ne pas avoir eu le sentiment que la chancelière allemande Angela Merkel, très attachée à la discipline budgétaire, avait été isolée pendant le sommet. "Il n'y a pas de raison de penser qu'un pays a été isolé par rapport à un autre", a-t-il estimé.

pa/eg