NOUVELLES
19/05/2012 07:19 EDT | Actualisé 19/07/2012 05:12 EDT

Des centaines de manifestants anti-Otan dans les rues de Chicago

Des centaines de personnes ont manifesté samedi après-midi à Chicago (nord) contre le sommet de l'Otan qui se tient dimanche et lundi dans la troisième ville des Etats-Unis et pour réclamer la libération de trois militants inculpés pour avoir projeté un attentat.

Le groupe de manifestants scandait "notre passion, notre liberté sont plus fortes que vos prisons", et a bloqué la circulation dans le quartier des affaires de la ville, avant de tenter de se rapprocher du palais des congrès où se tiendra le sommet sous très haute sécurité.

Un manifestant a été interpellé après une altercation avec la police montée.

D'autres petits groupes de manifestants se sont rendus devant le domicile du maire de la ville, Rahm Emanuel.

Auparavant samedi, trois militants arrêtés mercredi dernier ont été inculpés pour avoir projeté un attentat contre le quartier général de campagne du président américain Barack Obama à Chicago, a-t-on appris de source judiciaire.

"Les individus que nous avons inculpés ne sont pas des manifestants pacifiques. Ce sont des terroristes de l'intérieur des Etats-Unis venus à Chicago avec un objectif anarchiste: blesser nos agents de police, intimider nos citoyens et attaquer leurs cibles pour des motifs politiques", a souligné samedi la procureur Anita Alvarez devant des journalistes.

Elle a ajouté que "parmi les cibles qu'ils visaient figuraient le siège de campagne du président Barack Obama ou la maison du maire (de Chicago) Rahm Emanuel".

Pour accueillir le sommet de l'Otan, Chicago a placé son centre-ville sous haute sécurité, dans l'attente notamment d'une manifestation d'opposants prévue dimanche midi.

Plusieurs manifestations ont déjà eu lieu à Chicago et 14 personnes ont été interpellées, la plupart pour des délits mineurs.

La police et les organisateurs des manifestations se sont engagés à tout faire pour éviter les troubles qui avaient marqué les sommets du G20 de Londres et de Toronto ou encore les émeutes qui avaient émaillé la convention du parti démocrate en 1968 à Chicago.

mso-lb/bar