NOUVELLES
19/05/2012 09:28 EDT | Actualisé 19/07/2012 05:12 EDT

Chen Guangcheng arrive aux USA, fin d'un mois de tension diplomatique

Le dissident chinois Chen Guangcheng est arrivé samedi soir à New York en provenance de Pékin, épilogue d'un mois d'incertitude et de casse-tête diplomatique entre la Chine et les Etats-Unis.

A son arrivée à Manhattan, le militant aveugle a exprimé sa "gratitude" envers les autorités américaines et les nombreux amis qui l'ont aidé, mais s'est également dit "très satisfait d'avoir vu le gouvernement chinois traiter la situation avec retenue et calme".

Lunettes noires et chemise blanche, il s'est exprimé en chinois, à travers une traductrice, devant un immeuble de Greenwich Village où il va résider avec sa femme et ses deux enfants.

Il y a été accueilli par des applaudissements, alors qu'il avançait sur des béquilles, le pied droit plâtré, jusqu'au micro, pour une brève déclaration devant la presse.

Chen Guangcheng a quitté Pékin samedi matin et est arrivé peu avant 18H30 locales (22H30 GMT) à l'aéroport de Newark, qui dessert New York.

Le défenseur des droits de l'homme, qui ne parle pas l'anglais, est un avocat autodidacte rendu célèbre pour avoir dénoncé les avortements et campagnes de stérilisation forcés, ainsi que les expropriations abusives. Il avait été emprisonné en 2006, puis de facto assigné à résidence en 2010.

Il s'est vu offrir une bourse par l'université de New York, et logera dans un immeuble qui héberge des professeurs ou étudiants boursiers de l'université.

"Quel que soit l'environnement difficile dans lequel on vit, je pense que rien n'est impossible si on y met du coeur", a déclaré M. Chen, en appelant à "poursuivre le combat pour le bien dans le monde et lutter contre l'injustice".

Il a ajouté que depuis sept ans, il n'avait pas eu un jour de repos, et qu'il avait l'intention de récupérer et d'étudier.

La Maison Blanche a salué son départ de Chine, dont les détails avaient été tenus secrets jusqu'au dernier moment.

"Nous prenons note du fait que M. Chen, sa femme et ses deux enfants, sont en train de voyager vers les Etats-Unis. Nous saluons cette évolution et le fait qu'il pourra étudier ici", a fait savoir la présidence américaine.

Bob Fu, président de l'Association chrétienne américaine ChinaAid, a précisé à l'AFP que Chen, auquel il a parlé avant son départ de Pékin, n'avait su qu'à la dernière minute qu'il devait partir, et qu'il avait reçu ses passeports à l'aéroport.

"C'est arrivé très vite. Personne ne lui avait rien dit avant ce matin. A 10H00 (heure de Pékin), on lui a dit de faire ses bagages et peu après une voiture du gouvernement l'a emmené à l'aéroport".

Selon Bob Fu, il était "très enthousiaste", mais aussi "très inquiet" pour les membres de sa famille restés en Chine.

Chen Guangcheng s'est évadé le 22 avril dans des conditions rocambolesques de son village de Dongshigu (est de la Chine) où il était assigné à résidence.

Il s'était ensuite réfugié à l'ambassade des Etats-Unis à Pékin, quelques jours avant l'arrivée de la secrétaire d'Etat Hillary Clinton pour le "dialogue stratégique et économique" annuel entre Pékin et Washington.

Après six jours, il avait accepté de quitter l'ambassade pour être hospitalisé pour un pied cassé durant son évasion, mais avait rapidement regretté d'avoir fait confiance aux autorités chinoises et s'était dit désireux de quitter la Chine.

Un accord avait été annoncé le 5 mai entre Pékin et Washington pour son départ.

"Je suis très heureux d'apprendre que Chen Guangcheng est en route pour les Etats-Unis. J'attends avec impatience de l'accueillir avec sa famille ce soir et de travailler avec lui sur ses études", a indiqué le sinologue Jerome Cohen, co-directeur de l'institut de droit Asie-USA à NYU.

Le militant pourrait aussi recevoir d'autres propositions, notamment d'un groupe de Dallas (Texas), a déclaré à l'AFP Reggie Littlejohn, présidente de l'association "Womens's right without frontiers", venue l'accueillir samedi soir.

bd/bar