NOUVELLES
10/05/2012 01:23 EDT | Actualisé 10/07/2012 05:12 EDT

Torture: publication d'extraits censurés de l'audience du 11-Septembre

Le Pentagone a publié des déclarations de l'audience du 11-Septembre censurées samedi à Guantanamo, au moment où elles étaient prononcées car elles ont trait à la torture subie par les accusés, a constaté l'AFP jeudi.

Le Pentagone a affirmé qu'elles avaient été censurées de manière accidentelle.

Lors de l'audience à Guantanamo, Michael Schwartz, l'avocat d'un des cinq accusés des attentats du 11-Septembre, expliquait au juge pourquoi son client Wallid Ben Attach refusait de porter le casque de traduction des débats en arabe.

"C'est à cause de la torture à laquelle mon client a été soumis par ces hommes et ces femmes, les gros bras de la CIA", a déclaré l'avocat pendant cette partie de l'audience censurée, selon la retranscription disponible sur le site internet des tribunaux militaires.

Le capitaine Schwartz faisait référence aux propos d'un ancien chef de la CIA, Jose Rodriguez, qui a récemment justifié les "techniques d'interrogatoires renforcées" autorisées dans les prisons secrètes de la CIA par l'administration Bush. L'ancien chef des interrogateurs avait parlé sur la chaîne CBS des "gros bras" auxquels l'administration américaine avait eu recours pour faire parler des détenus accusés d'être "des combattants ennemis".

Les journalistes, comme les familles des victimes, qui assistaient à l'audience derrière une paroi vitrée, n'ont pas pu entendre cette déclaration de Me Schwartz car elle a été censurée.

A Guantanamo, comme sur quatre bases militaires américaines où les débats étaient retransmis, les mots sont sortis de la salle du tribunal quarante secondes après les images.

Ce différé permet à un censeur militaire d'actionner un interrupteur, le "kill switch", pour brouiller les déclarations quand leur contenu devient sensible.

"Le procureur en chef, témoin de cette déclaration, a ordonné que la portion brouillée de manière accidentelle soit rétablie aussi vite que possible", a déclaré Todd Breasseale, un porte-parole du Pentagone. "Après un contrôle approfondi, le bureau des tribunaux militaires s'est exécuté", a-t-il ajouté, soulignant que la totalité des débats était désormais publique.

chv/gde

Biden ou Trump?
Suivez les dernières nouvelles, les analyses et les sondages dans cette course qui ne cesse de surprendre!