NOUVELLES
10/05/2012 10:52 EDT | Actualisé 10/07/2012 05:12 EDT

Tchad/tirs sur des soldats français: un ministre condamne un acte "insensé"

Le ministre tchadien de la Sécurité Ahmat Bachir a "condamné" jeudi l'acte "insensé" d'un militaire tchadien ayant tiré mercredi sur deux soldats de l'armée française à N'Djamena.

"Ce qui s'est passé mercredi est très regrettable. Nous condamnons cet acte commis par un voyou à l'encontre des soldats français, c'est un acte insensé" a indiqué à l'AFP le ministre de la Sécurité.

"Le militaire est aux arrêts. Une enquête est ouverte, et nous attendons les résultats de cette enquête qui déterminera les mobiles de son acte" a-t-il poursuivi, précisant que celui-ci serait "traduit en justice et répondra de ces actes devant la justice (...) Nous ne pouvons laisser impuni un tel comportement".

Mercredi, un militaire tchadien circulant sur une motocyclette a tiré sur deux soldats français qui sortaient de la base française du dispositif Epervier à N'Djamena, blessant un des militaires français à un coude.

La France dispose dans le cadre de l'opération Epervier déclenchée en 1986 de 950 hommes au Tchad, comprenant notamment un important dispositif aérien avec des avions de chasse.

Le 11 août 2010, date anniversaire des cinquante ans de l'indépendance du pays, le président tchadien Idriss Deby Itno avait remis en cause Epervier, lançant: "Nous nous acheminons vers une révision de l'accord de siège entre Epervier et le Tchad".

Il reprochait notamment à la France de ne rien payer pour sa présence militaire. La présence de militaires français est mal vécue par une partie de la population.

yas/lpm/xbs/cpy

Biden ou Trump?
Suivez les dernières nouvelles, les analyses et les sondages dans cette course qui ne cesse de surprendre!