Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Québec, qui a fermé ses portes en 2021.

Métro de Montréal paralysé: aucune cause ne légitime la violence, dit le maire Tremblay

Quelques heures après la paralysie du métro en raison de bombes fumigènes, le maire de Montréal, Gérald Tremblay, a livré un plaidoyer en faveur du dialogue et de la responsabilité sociale. Sans blâmer directement le mouvement étudiant pour les gestes posés, il l'a néanmoins évoqué, estimant que le conflit avait assez duré.

Il est temps que les étudiants et le gouvernement du Québec trouvent une solution, a-t-il argué. La situation actuelle est en train de « causer un préjudice sérieux » à Montréal et à l'ensemble de la société québécoise, a-t-il soutenu.

À un journaliste qui lui demandait s'il n'était pas temps que l'armée intervienne, le maire a opposé un non catégorique.

Plus tôt, les incidents ont également fait réagir à l'Assemblée nationale, où les députés ont adopté à l'unanimité une motion condamnant sans réserve les actions menées dans le métro de Montréal. Le premier ministre Jean Charest a condamné des gestes « d'intimidation et de violence ».

INOLTRE SU HUFFPOST

Paralysie dans le métro à Montréal

Envoyer une correction
Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Canada, qui ont fermé en 2021. Si vous avez des questions ou des préoccupations, veuillez consulter notre FAQ ou contacter support@huffpost.com.