NOUVELLES
10/05/2012 04:50 EDT | Actualisé 09/07/2012 05:12 EDT

Plus de 40 morts et au moins 170 blessés dans les attentats de Damas (TV d'Etat)

Plus de 40 personnes ont été tuées et au moins 170 autres blessées dans les attentats qui ont frappé jeudi la capitale syrienne, a indiqué la télévision d'Etat syrienne.

En plus de ces victimes, "huit sacs ont été remplis de restes humains" par les secouristes sur place, a ajouté la chaîne, citant le ministère de la Santé.

Régime et opposition se sont accusé mutuellement de ces attaques, "les plus violentes en Syrie depuis le début de la révolte" en mars 2011, selon l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH).

L'OSDH a de son côté fait état de 50 morts et plus de 100 blessés dans deux explosions, dont l'une à la voiture piégée, qui ont visé un centre des renseignements dans la capitale syrienne, frappée ces derniers mois par une série d'attaques meurtrières.

Les attaques ont été commises par des "terroristes" sur la voie rapide du sud, dans le secteur de Qazzaz, "au moment où les gens se rendaient à leur travail et les élèves à l'école", a pour sa part affirmé la chaîne, ajoutant que la majorité des victimes étaient des civils.

Deux colonnes de fumée se sont élevées au-dessus de la capitale, où les vitres des habitations ont tremblé, selon une correspondante de l'AFP.

Selon le photographe de l'AFP, de nombreuses voitures civiles ont été détruites et les façades de certains bâtiments soufflées.

Le dernier attentat meurtrier à Damas remonte au 27 avril. Onze personnes avaient alors péri dans l'attaque suicide en face d'une mosquée.

Le régime de Bachar al-Assad est confronté depuis près de 14 mois à une révolte populaire qu'il refuse de reconnaître et réprime dans le sang. Il accuse des "terroristes" d'être à l'origine des violences dans le pays et de commettre ces attentats.

Le Conseil national syrien (CNS), principale coalition de l'opposition, a accusé le régime du président Bachar al-Assad d'être derrière les attentats meurtriers de Damas.

La répression par le régime de la révolte populaire qui s'est militarisée au fil des mois et les combats entre soldats et insurgés ont fait près de 12.000 morts depuis mars 2011, en grande majorité des civils tués par les troupes gouvernementales.

sbh/sw

Biden ou Trump?
Suivez les dernières nouvelles, les analyses et les sondages dans cette course qui ne cesse de surprendre!