NOUVELLES
10/05/2012 02:59 EDT | Actualisé 10/07/2012 05:12 EDT

Les organisations caritatives vertes ne reçoivent que peu de fonds de l'étranger

OTTAWA - Les campagnes menées par des organismes environnementaux sans but lucratif contre les projets d'hydrocarbures au Canada ne semblent pas financées de l'étranger, contrairement à ce que prétend le gouvernement conservateur.

Des déclarations de revenus remises à l'Agence du revenu du Canada démontrent que la majorité des fonds étrangers qui atterrissent dans les coffres des organisations caritatives canadiennes ne vont pas aux groupes environnementaux aujourd'hui dénoncés par les conservateurs.

Une analyse réalisée par La Presse Canadienne des déclarations de revenus présentées par des organisations caritatives a permis de déterminer qu'un seul des dix principaux organismes financés de l'étranger a des préoccupations environnementales.

Les déclarations de revenus de cette organisation, Canards illimités Canada, indiquent qu'elle a reçu plus de 33 millions $ provenant de l'étranger au fil des ans, ce qui en fait le cinquième bénéficiaire de fonds étrangers en importance au pays.

Canards illimités Canada dit recevoir des fonds de son organisation-soeur aux États-Unis, de Washington et des gouvernements des États américains, d'entreprises, de fondations et de particuliers.

Care Canada a reçu au fil des ans les plus importants dons étrangers, soit 99 millions $. L'essentiel de ce financement provenait d'agences des Nations unies, de gouvernements étrangers et des membres internationaux de l'organisation.

Vision Mondiale Canada arrive en deuxième place, avec 89 millions $ de contributions de l'étranger.

Les organisations caritatives canadiennes ne sont pas obligées d'indiquer, sur leurs déclarations de revenus, quelles sources étrangères leur ont fourni des fonds. Toutefois, le plus récent budget fédéral promet de sévir contre les organisations qui ne sont pas d'une transparence totale concernant leur financement et leurs activités. Les contrevenants pourraient être mis à l'amende ou privés de leur droit d'émettre des reçus aux fins de l'impôt.

Le gouvernement du premier ministre Stephen Harper a fréquemment critiqué les organisations caritatives qui empochent du financement étranger, surtout lorsqu'il s'agit d'organisations environnementales.

Le ministre fédéral des Ressources naturelles, Joe Oliver, a accusé des «groupes environnementaux et autres groupes radicaux» de tenter d'utiliser des fonds «provenant de groupes d'intérêts spéciaux étrangers» pour prendre le contrôle d'audiences sur un projet de pipeline qui acheminerait le pétrole des sables bitumineux de l'Alberta vers la côte de la Colombie-Britannique.

Pour sa part, questionné par la CBC quant à savoir si Ottawa cherchait à museler ces organisations, le ministre fédéral de l'Environnement, Peter Kent, a déclaré que certaines sont possiblement utilisées pour blanchir des fonds provenant de l'étranger.

Biden ou Trump?
Suivez les dernières nouvelles, les analyses et les sondages dans cette course qui ne cesse de surprendre!