NOUVELLES
10/05/2012 05:44 EDT | Actualisé 10/07/2012 05:12 EDT

Le président israélien met en garde contre un Iran armé de la bombe nucléaire

MONTRÉAL - Le président israélien, Shimon Peres, dit être incapable d'imaginer un monde libre en accord avec l'idée d'une république d'Iran en possession de l'arme atomique.

Dans le cadre de la dernière étape de sa visite au Canada, M. Peres a rappelé jeudi à 1700 membres de la communauté juive de Montréal les implications potentielles de l'accession de la république islamique au club des détenteurs de la bombe nucléaire.

Selon lui, le monde libre devra se pencher sur la possibilité que le Moyen-Orient soit soumis à cette réalité.

«Je ne peux imaginer que le monde libre, y compris les États-Unis, dise qu'il n'est pas important que le Moyen-Orient tombe sous la menace d'Iraniens possédant la bombe atomique», a-t-il déclaré.

Il a d'ailleurs salué la contribution canadienne à la coalition contre le terrorisme, soulignant que le pays avait envoyé des soldats en Afghanistan.

«Mieux vaut marcher la main dans la main avec les Américains, a-t-il ajouté. Je crois que les Américains sont sérieux et je crois que le président est sérieux.»

Le lauréat d'un prix Nobel de la paix a également consacré une partie de son discours d'environ une heure à parler des difficultés économiques qui affligent l'Égypte. M. Peres dit ne pas voir le leadership égyptien trouver quelque solution que ce soit aux problèmes auxquels il fait face, plus d'un an après la révolution du printemps 2011.

«Je ne vois pas comment ils réussiront (à s'en sortir). Ils devront reconstruire leur propre économie, leur propre société», a-t-il déclaré.

M. Peres a ajouté que l'Égypte ne pourrait s'en sortir que si les femmes obtenaient les mêmes droits que les hommes. «Si les femmes souffrent de discrimination, les victimes sont les enfants car si les femmes ne sont pas éduquées, les enfants ne sont pas éduquées.»

Celui qui a été deux fois premier ministre d'Israël a noté que 41 pour cent des Égyptiens ne savaient pas lire et écrire «dans un monde qui est hautement compétitif».

Les difficultés d'un autre peuple ne font d'ailleurs aucunement plaisir à Israël, a-t-il ajouté. «Nous aimerions voir un Proche et un Moyen-Orient florissant et démocratique».

Un groupe de 300 rabbins et professeurs de la région de Montréal ont envoyé une lettre au président israélien pour l'encourager à demander la libération de l'agent israélien Jonathan Pollard. Celui-ci est un Américain qui a effectué des missions d'espionnage pour le compte d'Israël et a été condamné à la prison à vie aux États-Unis en 1987. Les rabbins ont dit espérer que le président américain accepterait l'appel de M. Peres en faveur de la clémence pour l'espion.

Shimon Peres conclut à Montréal sa visite en sol canadien, après des arrêts à Ottawa et Toronto.

Biden ou Trump?
Suivez les dernières nouvelles, les analyses et les sondages dans cette course qui ne cesse de surprendre!