NOUVELLES
10/05/2012 04:19 EDT | Actualisé 09/07/2012 05:12 EDT

Italie - Tifosi de Bari arrêtés pour menaces: ils pariaient sur la défaite

Trois chefs de groupes de tifosi du club de Bari (2e division italienne) ont été arrêtés jeudi matin pour menaces contre des joueurs de leur équipe les incitant à perdre des matches afin de pouvoir parier à coup sûr sur la défaite, a-t-on appris de source judiciaire.

Roberto Sblendorio, Raffaele Lo Iacono et Alberto Savarese, trois +capi ultras+ (chef de supporters ultras) de Bari, ont été arrêtés très tôt mercredi matin pour "violence aggravée". Les deux premiers ont été placés en garde à vue, le troisième aux arrêts domiciliaires.

Lors de la saison 2010-2011, que Bari a terminé largement à la dernière place, ils auraient menacé les joueurs de leur équipe leur demandant de perdre trois matches (Bari-Sampdoria Gênes, Cesena-Bari et Bari-Chievo Vérone) pour parier sur leur défaite.

Bari a effectivement perdu ces trois matches. Mais deux joueurs du club cette saison-là, interrogés par le procureur de Bari dans le cadre de l'enquête sur l'affaire des matches truqués dite "Calcioscommesse", ont assuré à la justice que l'équipe n'avait pas cédé aux menaces et perdu à la régulière.

Ces témoins sont le gardien belge Jean-François Gillet, désormais à Bologne, et le défenseur Marco Rossi (Cesena).

Dans le scandale du "Calcioscommesse" qui secoue l'Italie depuis un an, des mafias locales et étrangères et des joueurs s'arrangeaient pour influer sur le résultat d'un match, afin de parier dessus à coup sûr. Des joueurs, des intermédiaires de toute sorte et peut-être des dirigeants truquaient les rencontres de ligues inférieures et même de Serie A.

Mardi, 22 clubs et 61 personnes, dont 54 joueurs, ont été déférés devant la justice dans l'affaire des Calcioscommesse.

eba/jgu

Biden ou Trump?
Suivez les dernières nouvelles, les analyses et les sondages dans cette course qui ne cesse de surprendre!