NOUVELLES
06/05/2012 06:00 EDT | Actualisé 06/07/2012 05:12 EDT

Netanyahu va annoncer des élections anticipées en Israël

Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu s'apprête à annoncer dimanche soir la tenue d'élections législatives anticipées, probablement le 4 septembre, un scrutin pour lequel il est donné grand favori.

Des centaines de militants du parti Likoud (droite nationaliste) de M. Netanyahu, rassemblés en convention, se sont pressés dans un grand hall de Tel-Aviv où le Premier ministre doit faire son annonce vers 20H00 locales (17H00 GMT).

Selon les médias, les élections anticipées seront convoquées pour le 4 septembre. La législature s'achève normalement en octobre 2013.

M. Netanyahu est donné largement favori dans tous les sondages. La dernière enquête du quotidien Maariv, diffusée vendredi, lui accorde plusieurs dizaines de points d'avance sur tous ses rivaux.

A la question de savoir qui est la personnalité politique la plus apte à diriger le pays, 62% des personnes interrogées choisissent M. Netanyahu. Derrière lui, arrive sa concurrente la plus sérieuse, la chef du Parti travailliste (opposition de centre-gauche) Shelly Yachimovich (22,8%).

Le Likoud devrait aussi l'emporter haut la main, selon ce sondage. Il obtiendrait 31 sièges (sur 120) contre 27 actuellement. Les Travaillistes sont crédités de 18 sièges, Israël Beiteinou (droite nationaliste) de 12 et Kadima (centre-droit) de 11. Yesh Atid, une nouvelle formation du journaliste vedette Yaïr Lapid, obtiendrait 11 sièges.

En position de force, M. Netanyahu ne devrait avoir que l'embarras du choix pour former une coalition. Aussi bien le Parti travailliste que Kadima et Yaïr Lapid ont fait savoir qu'ils étaient prêts à entrer dans un gouvernement dirigé par lui.

"Bibi" Netanyahu devrait justifier les raisons de sa décision d'avancer les élections devant la convention du Likoud.

Les sondages indiquent en effet que les Israéliens préfèreraient que le Parlement soit renouvelé à la date prévue et s'interrogent sur une décision qui semble avant tout motivée par des calculs politiques.

"Que les élections se tiennent maintenant ou dans six mois ou dans un an, le résultat sera plus ou moins le même", a déclaré à l'AFP un adhérent du Likoud à Tel-Aviv. "Le Likoud formera le nouveau gouvernement parce qu'il n'y a pas d'alternative à gauche", a-t-il prédit.

Selon les commentateurs, M. Netanyahu veut profiter de sa popularité et de l'absence d'un véritable rival, et surtout éviter de procéder avant les élections à des coupes prévues dans les budgets sociaux dans un climat de grogne.

De plus, il souhaite bénéficier d'une légitimité intérieure renforcée en vue d'une possible épreuve de force avec le grand allié américain après la présidentielle, sur le programme nucléaire de l'Iran et les négociations avec les Palestiniens gelées depuis 2010. Surtout si le président américain Barack Obama, avec lequel ses relations sont fraîches, est réélu en novembre.

M. Netanyahu est considéré comme partisan d'une attaque israélienne contre les installations nucléaires de l'Iran, à laquelle s'opposent non seulement les Américains mais aussi, selon les commentateurs, l'armée israélienne, le Mossad (renseignement extérieur) et la majorité du gouvernement.

"Des élections anticipées permettraient une +immunité diplomatique+ pour Netanyahu et son gouvernement qui leur permettrait d'éviter une réaction négative américaine au cas où Israël déciderait d'attaquer l'Iran", souligne le spécialiste militaire Ron Ben-Yishai sur le site du quotidien Yediot Aharonot.

Et d'ajouter: "Début septembre, les élections seront derrière Netanyahu qui n'aura pas de difficultés à former une coalition stable et un gouvernement qui adoptera sa position sur l'Iran. Pendant ce temps, le président Obama sera toujours en pleine campagne électorale. Israël aura ainsi les mains libres pendant deux mois avant que l'hiver n'empêche les frappes aériennes".

dms-scw-agr/chw/feb