NOUVELLES
06/05/2012 01:59 EDT | Actualisé 06/07/2012 05:12 EDT

Liban: une marche pour un Etat laïque et contre le confessionnalisme

Plus d'un millier de personnes ont participé dimanche à Beyrouth à une marche pour réclamer un Etat laïque au Liban, un pays régi par un système politique confessionnel, selon une journaliste de l'AFP.

Scandant "le peuple veut un Etat civil" et "la laïcité est la solution", les participants ont défilé dans plusieurs rues de Beyrouth pour exprimer leur rejet du communautarisme.

Femmes, hommes et enfants, arborant des drapeaux libanais, ont pris part à cette marche organisée pour la troisième année consécutive par des militants laïques indépendants.

"Mariage civil, pas la guerre civile", "le confessionnalisme veut faire tomber les peuples, proclamaient des pancartes.

Le Liban, où cohabitent 18 communautés religieuses, n'est pas doté d'un statut civil, les mariages et divorces étant régis en fonction des lois communautaires. L'Etat reconnaît le mariage civil mais n'admet pas la célébration de la cérémonie sur son territoire.

Le système politique libanais se distingue de la plupart des régimes de la région par un partage du pouvoir basé sur des quotas communautaires.

Jugé nécessaire par beaucoup pour garantir le délicat équilibre communautaire, ce système est néanmoins accusé depuis des décennies de tous les maux: corruption, gaspillage, clientélisme, guerre civile dévastatrice (1975-1990) et crises à répétition.

Depuis la fin de la guerre civile, les défenseurs des droits de l'Homme poussent pour un Etat laïque, mais le mouvement reste minoritaire. Il a été relancé à la faveur de la polarisation de la scène politique entre deux camps rivaux formés de coalitions à base confessionnelle, l'un tiré par le Hezbollah pro-syrien et pro-iranien, l'autre par des formations pro-occidentales.

ram/fc