NOUVELLES
06/05/2012 08:54 EDT | Actualisé 06/07/2012 05:12 EDT

Les Capitals volent une page du cahier des Rangers et bloquent beaucoup de tirs

GREENBURGH, États-Unis - Le capitaine des Rangers de New York Ryan Callahan a insisté sur le fait que les Capitals de Washington et leurs joueurs qui bloquent des tirs ne sont pas entrés dans leur tête.

Le deuxième tour des séries éliminatoires de la Coupe Stanley n'est pas le bon moment pour laisser la frustration vous envahir.

Les Capitals ont gagné 3-2 samedi pour ainsi niveler la série 2-2, et ils y sont parvenus à la manière des Rangers — bloquant 26 lancers et en laissant seulement 20 se rendre jusqu'au jeune gardien Braden Holtby.

«C'est difficile de jouer contre une équipe comme ça», a noté Callahan, dimanche, après un entraînement facultatif. «Ils sont très bons dans leur zone défensive et leur style est similaire au nôtre. Ils bloquent beaucoup de tirs.»

Peu importe le résultat du match no 5 lundi, les Rangers savent qu'ils devront se rendre à Washington pour le match no 6. Ils veulent toutefois s'assurer qu'ils ne feront pas face à l'élimination lors de cette rencontre.

«Nous devons gagner, a affirmé Callahan en parlant du cinquième match. C'est un match important. Nous devons nous concentrer sur le début de la rencontre, absorber l'énergie de la foule et exceller pendant les 10 premières minutes.»

Les Capitals ont utilisé un style défensif pour éliminer les Bruins de Boston lors du premier tour et ils sont sur le point de jouer le même tour aux Rangers. La formation new-yorkaise a marqué seulement neuf buts lors des quatre premiers matchs de la série.

Les Rangers n'ont bloqué que sept lancers lors du quatrième match et Lundqvist a dû faire face à 26 tirs.

«Je suis tanné des personnes qui disent 'oh, vous avez pris une page du livre des Bruins?', a déclaré l'attaquant des Capitals Brooks Laich. Nous avons fait plusieurs bonnes choses lors de la première ronde. Nous avons bloqué beaucoup de lancers et nous avons joué de manière plus hermétique en défensive qu'une des supposées meilleures formations défensives du circuit.

«Depuis le début du deuxième tour, nous jouons aussi bien. Tout le monde parle des Rangers, rappelle que c'est leur identité. Nous accordons seulement 15, 18 lancers par match et personne ne parle de notre équipe et de notre identité. Vous pouvez dire ce que vous voulez. Je crois que parfois vous placez les stéréotypes sur les mauvaises équipes.»