NOUVELLES
06/05/2012 02:16 EDT | Actualisé 06/07/2012 05:12 EDT

Egypte: un amendement sur les procès militaires dénoncé comme "cosmétique"

Le Parlement égyptien a approuvé dimanche un amendement à la loi sur les procès militaires jugé "cosmétique" par des défenseurs des droits de l'Homme, qui dénoncent le fait qu'elle autorise toujours l'armée à déférer des civils devant des tribunaux militaires.

"L'amendement est cosmétique. Rien n'a changé", a déclaré à l'AFP l'avocat Adel Ramadane.

"Le calendrier choisi pour cette loi est très inquiétant, alors qu'environ 300 personnes sont en détention après Abbassiya", a jugé Heba Morayef, de Human Rights Watch, en référence aux placements en garde à vue après les affrontements sanglants entre manifestants et soldats vendredi près du ministère de la Défense dans le quartier d'Abbassiya au Caire.

Les amendements "limitent les pouvoirs du président quant à l'envoi des civils devant des tribunaux militaires mais ils maintiennent le droit de l'armée à faire juger des civils devant des tribunaux militaires", a-t-elle dit à l'AFP.

"Le Parlement n'a pas répondu à l'une des principales revendications de la révolution, celle de mettre un terme aux procès militaires des civils", a-t-elle déploré. "Le Parlement n'écoute pas la rue".

L'amendement, lu au Parlement, supprime l'article 6, qui autorisait le président à déférer des civils devant les tribunaux militaires. Mais l'article 48 autorisant l'armée à faire juger des civils par ces tribunaux reste inchangé.

Le Conseil suprême des forces armées, qui dirige l'Egypte depuis la chute du président Hosni Moubarak en février 2012 doit encore ratifier l'amendement.

"C'est très inquiétant, surtout que le Parlement est dominé par des personnes qui ont souffert des procès militaires", a dit Mme Morayef en allusion aux Frères musulmans. "S'ils ne poussent pas pour des réformes sur ce front, il n'y a aucune raison d'être optimiste sur d'autres questions".

mon/hkb/jds/feb/fc