Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Québec, qui a fermé ses portes en 2021.

Le ministère de l'Éducation s'offre un conciliateur pour la mise en œuvre du Plan Nord

Si le Québec vit actuellement un conflit étudiant sans précédent sur les droits de scolarité, cela n'empêche pas le ministère de l'Éducation, du Loisir et du Sport de continuer à faire des efforts pour faire la promotion du Plan Nord. Pour preuve: le ministère a récemment payé 288 090 $ pour s'offrir les services d'un conciliateur.

Le mandat de conciliation a été donné de gré à gré, c'est-à-dire sans appel d'offres, à Claude Godbout. Son rôle, tel qu'écrit par l'appel d'offres du ministère de l'Éducation consiste à «promouvoir le développement de l'enseignement et de la recherche universitaires dans le territoire du Plan Nord et d'assurer l'adéquation entre l'offre et les besoins de formation pour la mise en œuvre du Plan Nord. »

Il est aussi précisé que le « consultant a pour rôle d'agir comme conciliateur auprès des différentes instances concernées afin de proposer au Ministère un mécanisme de concertation et de coordination visant le déploiement harmonieux et cohérent de l'offre de formation universitaire et des activités de recherche sur le territoire couvert par le Plan Nord».

On retrouve la dépense pour le service du conciliateur dans la liste mensuelle des engagements financiers de février 2012, telles que transmis aux commissions permanentes de l'Assemblée nationale, en date du 8 mars 2012.

Envoyer une correction
Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Canada, qui ont fermé en 2021. Si vous avez des questions ou des préoccupations, veuillez consulter notre FAQ ou contacter support@huffpost.com.